fbpx

Les systèmes mono plateau en VTT

Les systèmes mono plateau en VTT

Ils sont en train de devenir la norme en VTT et des évolutions récentes permettent d’adopter cette configuration via différentes solutions. Qu’elles soient issues d’une grande marque ou soient des alternatives via de petits constructeurs, il y en a maintenant pour toutes les bourses. Les solutions alternatives (modification de votre transmission double ou triple plateau) sont alléchantes financièrement, mais il faut bien avouer que l’étude de la compatibilité avec son propre matos peut vite se transformer en casse-tête.

Voici donc un dossier pour y voir plus clair si vous souhaitez passer en mono plateau pour gagner en simplicité d’utilisation et en poids.

De quoi est constitué une transmission classique ?

  • Manettes de dérailleur / shifters (avant et arrière)
  • Dérailleurs (avant et arrière)
  • Pédalier composé de plusieurs plateaux (à l’avant)
  • Cassette composée de plusieurs pignons (à l’arrière)
  • Corps de roue libre (CRL) compatible

Avantages / Inconvénients :

Le passage en mono plateau va permettre de se passer de shifter avant, de dérailleur avant et d’alléger le pédalier, en ne gardant plus qu’un seul plateau, donc un gain de poids sympa.
L’utilisation devient plus « facile », on ne se préoccupe plus que du dérailleur arrière. Même si j’arrive à gérer sans problème des transmissions à double ou triple plateau, la découverte du mono m’a apporté un grand confort. C’est aussi plus rapide, je me sens plus réactif.

Un seul plateau signifie que les braquets disponibles sont moins nombreux. La plage de braquets (j’entends par là la différence entre le plus petit et le plus grand braquet) est plus ou moins impactée en fonction de la solution choisie.

+ Gain de poids ~500g (dépend du matériel utilisé / remplacé)
+ Confort d’utilisation

– Braquets disponibles

Comment passer en transmission mono plateau :

Via une transmission complète neuve

Nombreuses sont les marques proposant des groupes complets pour un passage en mono plateau : Shimano, SRAM, e*thirteen, Box Components, microSHIFT, Sunrace, ZTTO…
Nous nous concentrerons dans un premier temps sur les plus répandus de notre continent, Shimano, SRAM (12 vitesses), Microshift (10 vitesses) et Box components (9 vitesses) ; focus sur ces solutions :

SRAM propose actuellement 6 gammes :

SX (OEM), NX, GX, X01, XX1 et AXS

Shimano 4 gammes :

Deore, SLX, XT et XTR

MicroSHIFT 2 gammes :

AdventX et AdventX Pro

Box Components 4 gammes :

Prime 9 Four, Prime 9 Three, Prime 9 Two, Prime 9 One

Ces gammes sont listées et classées par ordre de prix croissant des groupes de transmission complets (pédalier + cassette + derailleur + shifter + chaine)

Avant de se lancer dans la description, il est à noter qu’il est possible de mixer n’importe quels éléments de ces gammes tant que vous restez chez le même fabriquant. Les mix entre Shimano et SRAM restent possible (12 vitesses) mais le fonctionnement ne sera pas optimal, voire parfois dans certains cas incompatibles. Evidemment, impossible de mixer des éléments de transmissions qui ne possèdent pas le même nombre de vitesses.

200 à 300 euros

En bas de l’échelle, on retrouve SRAM NX, Shimano Deore sur une entrée de gamme équivalente. (nous mettons de côté la gamme SRAM SX destinée à équiper les vélos des fabricants, utilisant des produits a 95% similaires à la gamme SRAM NX)

Groupe complet Shimano Deore
Groupe complet SRAM NX

Également présent ici, MicroSHIFT et ses solution 10 vitesses AdventX et AdventX pro aux alentours de 200 euros (sans pédalier) :

Également sans pédalier, Box Component réussit un joli coup en casant 3 de ses gammes dans cette première fourchette de prix avec ses solutions Prime 9 Four, Three et Two (la gamme Prime 9 One appartenant à la catégorie de prix suivante de cet article).

Peu importe la marque, pas grand-chose d’autre que de l’acier et du plastique dans cette gamme. On est ici dans le robuste sans utilisation de matériaux nobles. Ces transmissions fonctionnent cependant très bien, mais de manière très basique : les rapports se changent 1 par 1. Le prix est très attractif mais le poids de l’ensemble s’en ressent.

Pour SRAM et Shimano, les cassettes de ces groupes possèdent donc 12 vitesses avec des pignons allant de :
> 11 à 50 dents pour SRAM NX (11-13-15-17-19-22-25-28-32-36-42-50)
> 10 à 51 dents pour Shimano (10-12-14-16-18-21-24-28-33-39-45-51)

La plage de braquet couverts par la cassette Shimano est donc plus large, mais la cassette NX a la particularité d’être la seule compatible avec les corps de roue libre Shimano HG, qui sont les plus répandus… Si vous êtes dans une démarche de mise à jour de votre transmission triple ou double plateau, il y a donc de fortes chances que vous soyez équipé d’un moyeu de roue arrière avec ce corps de roue libre. (Shimano ayant abandonné ce CRL lors de son passage de 11 à 12 vitesses cette année).

Pour MicroSHIFT, deux cassettes en 11-48 dents sont disponibles (11-13-15-18-21-24-28-34-40-48), la première en acier et la seconde en acier/alu (pro)

Enfin, Box components propose deux cassettes dans ces gammes :
> 11-46 dents (11-13-15-18-22-28-34-40-46) full acier
> 11-50 dents (11-13-15-18-22-28-34-42-50) avec quelques composants en alu

Il y a donc un compromis possible, tout en restant sur une plage de vitesses équivalente, on peut choisir d’avoir moins de vitesses pour gagner et poids et vice-versa. Box mettant également en avant une utilisation plus simple sur le terrain du fait du nombre de vitesses réduit.

300 à 500 euros

SRAM GX alu et Shimano SLX en 12 vitesses, Box Components Prime 9 One en 9 vitesses.

SRAM GX Eagle

CRL specifique : micro spline pour shimano et xD pour SRAM.
Box restant sur du bon vieux CRL Shimano HG : si vous ne voulez pas le changer, Box vous permet donc d’accéder au moyen de gamme avec sa solution Prime 9 One

Montée des vitesses 3 par 3, descente 1 par 1

Utilisation de l’alu généralisée sur certaines parties pour remplacer l’acier et gagner en poids

Les cassettes :
> SRAM propose deux cassettes : 10 à 50 dents (10-12-14-16-18-21-24-28-32-36-42-50) ou 10 à 52 dents (idem mais grand pignon de 52 dents)
> Shimano propose deux cassettes : 10 à 45 dents (10-12-14-16-18-21-24-28-32-36-40-45) ou 10 à 51 dents (10-12-14-16-18-21-24-28-33-39-45-51)
> Box la même cassette que dans la gamme précédente en 11-50 dents (11-13-15-18-22-28-34-42-50)

500 à 600 euros

SRAM GX carbone et Shimano XT

Groupe SRAM GX Carbon
Groupe Shimano XT

CRL spécifique également, micro spline et SRAM xD
Montée des vitesses 3 par 3, descente 2 par 2 pour Shimano et toujours 1 par 1 pour SRAM.

Encore un peu plus d’alu et même un peu de carbone chez SRAM (dérailleur et manivelles)

Les cassettes sont similaires à la gamme précédente niveau pignons proposés. Shimano ajoutant un peu d’alu sur sa cassette pour faire tomber un peu le poids.

1000 euros et plus

Shimano XTR seulement, du côté du constructeur japonais. Chez SRAM, l’équivalent se trouve dans les gammes X01 (all mountain ou enduro) et XX1 (cross country)

Shimano XTR
SRAM X01

La tendance chez SRAM serait un peu plus de robustesse pour la gamme X01 et un peu plus de légèreté pour la gamme XX1.

Ici c’est la fête au carbone, utilisé partout où c’est possible. On reste cependant sur des ressentis à l’utilisation assez proches de la gamme précédente.

Enfin la gamme AXS (X01 AXS et XX1 AXS) qui reprend en grande partie les mêmes bases mais ici dans leur version sans fil.

SRAM XX1 AXS

Pour toutes les gammes, il est à noter que les plateaux proposés ont une conception différente des systèmes en double ou triple, ils ont une fonction d’anti-déraillement. En simplifiant, vu que la chaîne n’a plus besoin de changer de plateau (donc d’en sortir pour de retrouver sur un autre), les dents sont plus longues pour éviter qu’elle saute. Il faut aussi que la chaîne ait une liberté suffisante pour parcourir les X vitesses de la cassette. Pour encaisser ces lignes de chaîne différentes, la conception du plateau et de la chaîne en tiennent compte. Ces plateaux sont généralement proposés entre 26 et 36 dents.

Note importante : tous ces kits sont disponibles au détail. Ce qui est relativement important en cas de mise a jour d’un ancien VTT car il faudra étudier au cas par cas la compatibilité de chaque composant. Notamment votre corps de roue libre (CRL, voir plus bas) pour la cassette et le boitier de pédalier pour le pédalier.

En résumé, monter en gamme vous permet d’améliorer

– la finition
– la précision du shifting
– le poids
– la résistance à l’usure

La plage de braquets avec un seul plateau

Instinctivement, on peut se dire que diminuer le nombre de plateaux va nous faire perdre en plage de braquets disponibles. En pratique c’est rarement le cas, et c’est même parfois l’inverse.

Les raisons à cela sont multiples :

– cassettes avec plus de vitesses
– grands pignons bien plus grands (jusqu’a 52 dents)
– petits pignons plus petits (à partir de 9 dents)

Voici quelques illustrations pour vous aider à y voir plus clair : si on calcule le braquet (Nombre de dents du plateau divisé par le nombre de dent du pignon), voilà les courbes obtenues pour base de comparaison sur un système triple plateaux dernière génération ; associé à une cassette 10v (en effet, les triple plateaux plus anciens et plus rependus seront souvent associés à des cassettes (et donc systèmes) 9v ou moins :

Braquets sur un système triple plateaux classique (22, 32 et 44 dents) avec cassette 10 vitesses (11-32), obtenu grâce au script https://cyclurba.fr/braquet.php

En vert, les différents braquets obtenus avec le plateau 24 dents, en orange avec le plateau de 32 dents et en rouge avec le plateau 44 dents. Au total, 30 vitesses avec un bon paquet qui se superposent. On se concentrera plutôt sur la plage couverte, ici 0,69 – 3,82 (plus petit braquet – plus gros braquet)

Braquets sur système mono plateau (32 dents) et cassette 12 vitesses (pour cet exemple SRAM 10-52)

A comparer avec cette courbe, correspondant aux différents braquets obtenus sur un système SRAM mono plateau de 32 dents. La plage couverte est alors légèrement plus réduite : 0,62 – 3,23. En arrondissant un peu, on se rend compte qu’on ne perd qu’un braquet dans la plage, le plus grand. C’est également ce braquet qui est le moins utilisé (en général) en VTT.

Par contre on y gagne coté petit braquet, adapté aux fortes pentes.

A vous de choisir la taille de plateau la plus adaptée à votre pratique, pour faire glisser la plage vers les petits ou gros braquets.

En gardant votre système actuel, et modifiant seulement votre pédalier avec un plateau narrow wide (pour un cout de 20 a 70€)

C’est la première modification envisageable, et assez simple. L’inconvénient principal sera la plage de braquets couverte qui sera vraiment réduite. Le choix du nombre de dents présentes sur le plateau sera cruciale pour ne pas se retrouver à pousser en côte, ou à s’épuiser à mouliner en descente ! Ça reste un bon choix pour les plus entraînés d’entre nous qui peuvent encaisser un gros braquet même par forte pente… ou tout simplement en fonction de votre terrain de jeu. Si les gros dénivelés ne vous agressent pas souvent par exemple.

D’abord, il faut repérer quel « standard » ou « entraxe » est utilisé sur votre pédalier :

– 4 trous, 5 trous (ou autre mais bien plus rare)
– l’espace entre chaque trous
Ou plus simplement le modèle exact de votre pédalier ou vtt, qui vous permettra de trouver cette info.
Dans la majorité des cas, le standard est de 4 trous en BCD104 (104mm d’entraxe). Voir ce tableau pour identifier les différents standards BCD : http://www.stronglight.com/stronglight/telechargement/calcul_du_diam%C3%A8tre_du_plateau_BCD.pdf

Puis choisir le nombre de dents que vous souhaitez.

Cette étape est importante et doit s’adapter au terrain que vous avez l’habitude de rider et à votre niveau.

Si vos spots ne sont pas trop vallonnés ou que vous privilégiez la descente, choisissez un plateau plus grand (plus de dents) pour de plus gros braquets. Au contraire, si vous débutez ou que vos spots sont très vallonnés, choisissez un plateau plus petit…etc.

Pour vous aider, comparez ces différentes courbes représentant plusieurs plages de braquets en fonction du nombre de dents du plateau choisi :

Il est important de noter que les plateaux en standard BCD104 n’existent pas en dessous 30 dents.
Si vous souhaitez moins de dents, et que votre pédalier original est en triple plateaux, il y a de bonnes chances qu’il possède 4 trous supplémentaires en BCD94 sur lequel vous pourrez monter un plateau plus petit.

Maintenant que vous connaissez les caractéristiques du plateau recherché, vient le modèle lui-même. Privilégiez les modèle anti-déraillement, aussi appelés « Narrow wide ». En effet, votre dérailleur avant va disparaître et ne pourra plus « retenir » ou « ramener » la chaîne sur le plateau en cas de déraillement. En cas d’utilisation encore plus intense (descente, enduro…) vous devrez même y ajouter un système anti-déraillement type guide-chaîne. Vous pourrez vous en passer seulement si votre dérailleur arrière possède une fonction anti saut de chaine : ressort ralenti pour moins subir les vibrations. Couplé à un plateau Narrow wide, c’est généralement suffisant (hors DH). Cette technologie est présente par exemple chez SHIMANO (shadow+) ou SRAM (CLUTCH).

Pour finir, le montage :

Il suffit d’enlever les vis des plateaux pour les séparer de l’étoile de pédalier qui les maintient. Vous allez passer de double ou triple plateau à un seul, les vis seront donc trop longues. En fonction de la marque de mono plateau choisie, la solution peut être différente. Certaines proposent des entretoises à placer différemment en fonction de la config initiale (simple ou double plateau) en utilisant vos vis d’origine, d’autres proposent simplement des vis plus courtes.

Si vous modifiez un système à triple plateaux, le mono plateau pourra venir se visser directement contre l’étoile du pédalier pour conserver une ligne de chaîne correcte (en utilisant les vis plus courtes, ou en plaçant l’entretoise côté extérieur). Par contre, pour un système à double plateaux, il faudra placer l’entretoise entre l’étoile et le mono plateau. Dans ce cas, les marques qui proposent des vis plus courtes ne permettront pas d’obtenir une ligne de chaîne optimale.

Exemple d’un système à entretoise chez OneUp Components. A gauche le montage sur un système à double plateaux, à droite pour un système triple :

En gardant votre système actuel, et modifiant votre pédalier ET cassette a grande plage (~60 à 140€ au total)

Plusieurs fabricants proposent maintenant des cassettes a plage de braquets amélioré (Shimano, sunrace, ZTTO…)
L’idée est de passer d’une cassette “ancien standard” 11-32 a quelque chose de plus cohérent pour du mono plateau : 11-42 ou 11-46, voir même 11-50.

Dans un premier temps, identifiez le modèle de cassette dont vous disposez

La référence est souvent gravée dessus (ou encore une fois, le modèle exact de votre vtt et donc sa fiche technique qui vous permettra de trouver cette info).

Prenons 2 exemples :

1) Votre vélo actuel possède une transmission 10 vitesses avec une cassette 10v 11-32 dents (11-12-14-16-18-20-22-25-28-32)
Dans ce cas-là (système 10v) vous aurez l’embarras du choix pour trouver une cassette a grand étagement.

Sur un VTT à roues 26″, les cassettes 11-42 permettent déjà une bonne plage d’utilisation. Pour du 27,5″ une cassette 11-46 sera préférable, tandis que 11-50 sera recommandé si vous avez des roues 29″ (en effet, pensez que plus vos roues seront grandes, plus le développement sera grand a transmission identique)

2) Votre vélo actuel possède une transmission 9 vitesses avec une cassette 9v 11-32 dents (11-12-14-16-18-21-24-28-32)
Ici le choix sera plus restreint, mais vous trouverez votre bonheur en passant par des fournisseurs chinois pour une cassette a large plage comme dans l’exemple précédent (Aliexpres…)

Il en va de meme pour les transmissions 8v.
En dessous de 8v, le choix sera quasiment nul et il faudra alors envisager de changer également dérailleur et shifter.

Dans un second temps, étudions la compatibilité de votre dérailleur arrière

Si vous êtes équipé d’un système 10 vitesses

Il se peut qu’il soit compatible avec les cassettes 11-42 :
– votre dérailleur est un SRAM, à partir de 2012, les gammes X5 et au-dessus sont compatibles. Pour vous aider à reconnaitre, si le système CLUTCH est présent (noté « Type 2″ dans la référence), c’est OK. Également, l’axe du galet supérieur (le plus proche de la cassette) est décalé par rapport à l’axe de rotation de la chape du dérailleur en position neutre (cf. image ci-dessous)
– La plupart des dérailleurs SHIMANO 10v sont compatible.

Exemple de dérailleur SRAM compatibles : l’axe du galet haut (en vert) est situé au-dessus de l’axe de rotation de la chape du dérailleur (en rouge) :

Si ce n’est pas le cas, pas de panique, reste la solution de l’adaptateur “roadlink”. C’est un fait une simple extension de patte de dérailleur, qui se monte entre la patte de dérailleur du cadre et le dérailleur lui-même. Il permet simplement d’écarter le dérailleur de son axe afin d’encaisser les plus grosses cassettes.
Si vous avez un doute et compte tenu du prix relativement bas de cette piece, je vous conseille d’en faire la commande : qui peut le plus peut le moins.

Roadlink :

A noter que cet adaptateur rendra le réglage de votre dérailleur moins tolérant, il faudra probablement passer un peu plus de temps à le régler (plus on écarte les galets du dérailleur de son axe, plus le réglage devra être fin).

Si vous êtes équipé d’un système 9 vitesses

L’adaptateur “roadlink” est quasi inévitable : à moins que votre terrain de jeu vous permette de choisir une cassette de type 11-40 dents. La plupart des dérailleurs sont alors compatibles (même avant 2012)

Enfin, pour tous ces dérailleurs, il existe 3 types de chapes : courte, moyenne, longue. Votre chape doit être moyenne ou longue pour que le montage encaisse correctement les pignons de 40 ou plus. Chez SHIMANO, une chape moyenne est notée « GS » dans la désignation du dérailleur, et une chape longue « SGS ».

Dans un troisième temps, les réglages spécifiques

Vérifiez que votre longueur de chaîne est suffisante, de cette manière :

– Enroulez la autour du plateau et du plus grand pignon de la cassette (sans passer par le dérailleur)
– Partant de cette longueur, ajoutez 2 maillons comme indiqué sur le schéma suivant :

Quelques astuces de réglages du dérailleur :

Si vous vous passez de roadlink, la vis d’enroulement du dérailleur (qui sert à tendre la chaîne et éloigner le galet supérieur de la cassette) va devoir être vissée. En effet, le réglage est adapté à votre configuration actuelle (pignon de 36 maxi), il faut maintenant que le galet supérieur soit suffisamment éloigné de la cassette pour ne pas entrer en contact avec le pignon de 40 ou 42. (au-delà le roadlink est indispensable)

Souvent, la vis d’origine n’est pas assez longue, les marques proposent parfois une vis plus longue (M4 en 25mm). Vous pouvez également la trouver dans n’importe quelle quincaillerie.

Pour vous aider dans vos recherches, voici quelques revendeurs alternatifs aux grandes marques qui proposent plateaux anti-déraillement Narrow Wide, roadlink et autres articles utiles à la transformation de votre transmission en système mono plateau :

– HXR (fr)
– Specialités TA (fr)
– OneUp components
– Works components
– Wolftooth components
– Carbon-ti
– Race Face
– Extralite OctaOne
– Absolute black
– Hope
– FRM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page