fbpx

Le gravel bike, votre compagnon qui tient la route !


Depuis quelques années, on voit sur les stands des vélos « hybrides », bâtis comme des routes mais avec des freins à disques et de gros pneus. Pas vraiment route, pas vraiment cyclocross, ces nouveaux venus se classe dans une famille que les Américains nomment les « gravel bike ».

Si l’on traduit littéralement, cela signifie « vélo de gravier ». Qu’est-ce donc que ces engins-là ? Encore un nouveau concept marketing ou réel besoin de la part des cyclistes ?

Petite présentation de ces vélos de route qui n’hésitent pas à quitter le bitume.

Un gravel bike, c’est quoi ?

Un vélo gravel est un vélo au caractère sportif,  puisant dans l’ADN des vélos de route pour la maniabilité, de cyclocross et de randonnée pour l’aspect tout chemins et l’endurance. Si on se penche sur les éléments d’un gravel, on peut rapidement retrouver cet héritage multiple.

On repère tout de suite les éléments les plus distinctifs : des freins à disques pour un freinage sécurisant et précis, des pneus tubeless à grosses sections (du 30 au 48C). Le dégagement au niveau du cadre est plus important que sur un routier pour pouvoir accepter les grosses sections. Le cadre possède une géométrie typée endurance, avec parfois un slooping plus important que sur un route et une douille de direction plus haute pour pouvoir adopter une conduite plus droite et relaxée. Toujours dans la même optique de confort, le pédalier est placé plus bas pour moins donner l’impression de rouler ‘posé sur’ le vélo, comme on peut l’avoir sur un vélo de route. Les bases sont aussi plus longues, pour mieux absorber les vibrations.

De gros pneus, des freins à disques pour passer partout, pas de doute, c’est un gravel.

Le développement (cassettes et plateaux) est également différent de ce qu’on peut trouver sur un vélo de route. Etant donné que vous devez pouvoir emmener votre gravel sur des terrains beaucoup moins roulant que du bitume, on est sur du court : du 50/30 ou du 48/32. Beaucoup de gravels sont en mono plateau avec une cassette de 10-42 pour pouvoir passer partout.

Côté cintre,  on reste sur un cintre de course mais là aussi, des modifications ont été apportés pour pouvoir bien tenir son vélo gravel sur terrain accidenté et rouler longtemps confortablement. Concrètement, un cintre gravel va avoir une forme évasée avec les cocottes inclinées vers l’intérieur vous une meilleur préhension et moins d’effort. Ce type de cintre oblige à adopter une position moins aérodynamique mais ce n’est pas le but recherché ici.
Si vous faites beaucoup de route, il sera plus judicieux de conserver le cintre de route classique. Sinon, n’hésitez pas à craquer pour un cintre spécifique.

Vous l’aurez compris, les maîtres-mots sur un vélo gravel sont le confort et la polyvalence.

Le gravel, un hybride polyvalent

Le vélo de gravel se retrouve donc à la croisée de ces différentes pratiques :

Cyclo-cross : avec un vélo gravel, vous retrouverez le plaisir de vous aventurer sur les petites routes de sous-bois et les chemins caillouteux. Bref, du fun assuré !

Endurance : un gravel est étudié pour rouler longtemps de manière confortable, à vous les longues balades.

VTT : sans avoir les mêmes capacités de franchissement qu’un VTT, un vélo de gravel et un tout-terrain partage le même goût pour l’aventure et la liberté. Vous pourrez vous faire plaisir sur les chemins blancs, les traces remplis de feuilles ou les sentiers boueux en saison hivernale.

Randonneuse : il vient rajeunir la vieille image de la randonneuse. En effet, de nombreux modèles de gravel sont prévus pour être équipés de garde-boues ou de porte-bagages et vous pourrez très facilement équiper votre gravel pour en faire un parfait vélo de voyage au long cours, capable de vous emmener loin sur des routes pas toujours goudronnées.

Commuter (vélotaf) : aussi maniable qu’un vélo de route et doté d’un freinage puissant et sécurisant, le gravel bike est une option très intéressante pour ceux qui utilisent leur vélo au quotidien pour aller travailler. Bonus, avec un gravel, il est facile de couper par une petite route ou un chemin pour varier les trajets !

Un collègue qui roulait auparavant sur un Genesis de route s’est récemment converti aux gros pneus. Et il en est ravi, « c’est super fun ! ». Son Volare passe l’hiver au chaud tandis que son gravel est sur la route tous les jours. Et le weekend, il peut maintenant varier l’entraînement en ajoutant les chemins de la forêt de Rambouillet aux virages de la vallée de la Chevreuse.

Un gravel convient à tous les usages. Il est assez maniable pour se glisser dans le traffic urbain, vous pouvez facilement l’équiper avec des portes-bagages si vous avez besoin de porter des courses; il est assez dynamique pour tenir l’allure lors d’une sortie en groupe sur route et surtout, il est assez solide et confortable pour vous permettre d’explorer les chemins en sous-bois.

Parcourir les chemins avec un pote VTTisterouler quel que soit le temps sur les petites routes (sans avoir peur de freiner)
Faire une rando avec plus d’un boue qu’en cyclocross (et rentrer le soir crépi jusqu’au sourcils)

Vous pouvez tout faire avec un gravel 😉

Mais au fait, d’où vient le gravel bike ?

Le phénomène Gravel nous vient du Midwest des USA où les cyclistes ont pris l’habitude de rouler sur les petites routes et chemins non-goudronnés depuis une dizaine d’années. A l’époque, les riders bidouillaient leur vélo de cyclocross ou de route en leur ajoutant les plus gros pneus qui passaient entre les bases pour encaisser les chocs. Des courses d’endurance existent déjà là-bas, comme la Dirty Kanza ou  DK200, qui comme son nom l’indique, parcourt 200 miles dans les Flint Hills du Kansas; la Trans Iowa une rando en autonomie de plus de 482 km dans l’Iowa ou la Super Skaggs qui emmène les pilotes sur 160 km et 32 004 m de D+ sous le cagnard californien.

Forcément, des chemins pareils, ça invite à la balade !

Pour faire une comparaison sportive, on peut dire que le gravel est l’équivalent du trail en course à pied : en plein essor, les épreuves fleurissent et les marques veulent leur modèle spécifique à tout prix.

Ces deux dernières années, l’industrie a remarqué l’enthousiasme du public pour ce nouvel usage du vélo et s’est emparé de cette nouvelle tendance pour accoucher de leurs derniers bébés, des vélos hyper polyvalents qui permettent de passer de la ville aux champs sans souci. Plus besoin de bricoler son cyclocross, son vélo de route ou d’avoir plusieurs montures. Maintenant, les cyclistes désireux de passer de la route au chemins peuvent le faire avec le même vélo.

Si le calendrier des événements gravel est bien fourni aux US, nous n’en sommes qu’au début chez nous. Parmi les plus connues, la marque Caminade organise laGravel 66 , la Torino – Nice fait traverser les Alpes en septembre et en juin, le Velovert Festival a prévu la Graveleuse Marin (82 km et 1840m de D+ dans le Vercors). Plus localement, des groupes de passionnés mettent sur pied des rando gravel, comme l’Echappée belle à Paris. N’hésitez pas à vous renseigner autour de vous ! Le gravel bike en France est en plein développement.

La Barry-Roubaix, pas de pavés chez les Ricains mais la rando est tout aussi épuisante !

Bien choisir son gravel :

  • Cadre (Alu, Carbone, acier, titane) : les gravel ne sont pas les vélos les plus légers du monde, vous trouverez donc des cadres en acier, réputé pour ses qualité de confort et de solidité. Pour les personnes désireuses de faire plus de route et qui désirent un vélo plus léger, ils se dirigeront plus sur l’aluminium ou le carbone. Le groupe Fuji a notamment sorti le cadre Jari. Ce dernier s’avère être confortable tout comme par exemple le CDA de chez Genesis.
  • Pneu gravel  : pas de pneus type, le choix de vos gommes va surtout dépendre de l’endroit où vous roulez et de votre expérience.
    Si vous faites 70% de route avec votre vélo gravel, vous ne choisirez pas le même pneu que si vous faites 70% de vos sorties sur de la caillasse. Dans une région extrêmement roulante, vous pouvez conserver des sections en 28 à 35. Au contraire, si vous roulez énormément en chemin, par tout temps et que vous cherchez du confort, optez pour du 38 à 45 (plus c’est large, plus vous gagnerez en confort et en tenue de route). Schwalbe et WTB proposent de nombreux modèles de pneus de gravel bike, vous devriez trouver celui qui convient à votre usage.
  • Cintre Gravel : comme on l’a vu plus haut, le gravel bike s’utilise avec un cintre légèrement différent d’un cintre de route classique : plus écarté en bas afin de gagner en stabilité quand on descend sur un terrain accidenté, plus large pour une position plus confortable. Selon vos préférences, votre pratique et votre expérience, vous pouvez monter un cintre plat ou un cintre spécial gravel ou même un cintre de route plus compacte.
  • Tubeless ou chambre à air : préférez les pneus tubeless pour pouvoir rouler à des pressions moindres.
  • Transmission mono plateau : une transmission mono plateau, c’est le top du gravel bike ! Moins de maintenance, moins de temps passer à tripoté ses leviers sur un parcours technique, moins de poids, une transmission simplifiée donc plus fiable, anti-déraillement, bref, c’est un vrai plus !

Où acheter un gravel bike ? Quel est le meilleur produit du marché ?

Comme d’habitude dans le monde du cyclisme, c’est le niveau d’équipement qui va faire grimper le budget. Vous pourrez trouver des vélo de gravel à un prix contenue de 900€ pour un Fuji Jari, un B'Twin 500 AF GF équipés en Sora jusqu’à 6000€ avec un GT Grade Carbone monté en SRAM red.

Pour débuter et un usage loisir le weekend, le gravel bike Felt FR50 est d’un excellent rapport qualité/prix, affiché sous les 900 euros. Équipé de roues en 37c, il est paré pour les chemins sans craindre de perte d’adhérence.
Chez Décathlon, la marque s’est elle aussi intéressée au phénomène gravel et propose en plus du 500 AF GF,  le ULTRA 520 AF GF en shimano Rival et jante Mavic qui acceptent des pneus jusqu’au 32C (plutôt passe-partout donc). Pas chers et correctement équipés, les AF GF vous accompagneront lors de vos sorties sur routes et vos escapades sur les sentiers.

Pour ceux qui préfèrent les grandes marques et les très beaux vélos, les vélos gravel chez Cannondale sont le CAADX 105, le Slate avec l’emblématique fourche lefty ou le SuperX Force1 . Pour trouver des gravel bike Specialized, c’est la gamme Diverge qui retiendra votre attention. Pour Giant, ce sont les TCX et les AnyRoad qui pourront vous intéresser.

Specialized Diverge

Conclusion

Pour résumer, un gravel bike est un vélo type sport inspiré du vélo de route avec des gènes de tout-terrain pour lui permettre d’explorer les routes et les chemins sans difficulté pendant de longues sorties. Initialement apparue aux USA, la polyvalence du gravel séduit aussi chez nous. Pouvoir passer de la route aux chemins, faire du vélotaf confortablement la semaine et randonner sur les chemins blancs le weekend attire énormément. Le gravel est ludique, performant et confortable, il permet de rouler librement en s’affranchissant des contraintes, de quoi plaire à beaucoup !

Le phénomène se démocratisant, les marques produisent maintenant des modèles dédiés, vous trouverez sans aucun doute un vélo qui vous correspondra !

Bonne balade 🙂

8 pensées sur “Le gravel bike, votre compagnon qui tient la route !

  • 13 novembre 2017 à 16 h 59 min
    Permalink

    Le vélo gravel c’est l’avenir : je possède ce type de vélo et je l’utilise plus que mon route !

    Répondre
  • 3 janvier 2018 à 23 h 06 min
    Permalink

    Du coup le gravel bike bien me semble bien adapté pour des trajets à la campagne non ? Pour passer des routes goudronnées à des petits chemins ? Je suppose qu’il est confortable en chemin de forêt aussi ? Merci !

    Répondre
    • 4 janvier 2018 à 7 h 40 min
      Permalink

      Oui il est parfaitement adapté aux chemins et aux routes goudronnés ! C’est l’avantage des vélo gravel c’est qu’il est très polyvalent.
      Il possède des pneus larges pour avoir une excellente adhérence (par rapport aux vélo de routes qui vont glisser voir crever) sur les chemins boueux ou plein de cailloux.
      C’est une pratique différente du cyclisme dont les ventes ont bien augmenté ces dernières années !

      Répondre
  • 2 février 2018 à 17 h 28 min
    Permalink

    Bonjour,

    J’ai une petite question. Du coup quelle est la réelle différence entre un VTT et un gravel bike ?

    Le gravel semble savoir tout faire certes mais à prix égal, quel est le meilleur rapporté qualité / durabilité / prix entre un VTT et un gravel bike si on veut justement pratiquer le vélo sur différentes surfaces (notamment routes pavées, mais aussi chemins de campagne) ?

    Répondre
    • 2 février 2018 à 22 h 51 min
      Permalink

      Bonsoir,

      Je possède un vélo gravel depuis bientôt 1 an, et par rapport au VTT, le gravel est plus rapide quand le terrain est roulant. On peut ainsi rouler un peu partout, sortir de la route sans se poser de question car il est plus polyvalent qu’un VTT. Avec un VTT, sur la route, ça n’avance pas contrairement au gravel par exemple.

      Le top serait d’avoir une paire de jante équipée de pneu route pour pouvoir rouler encore plus rapidement sur la route avec un gravel (en revanche, on perd le côté polyvalent dont je parlais plus haut, mais si on sait où on va rouler alors on change les jantes et le gravel se transforme en vélo de route performant).

      Je dirai donc que pour faire du vrai VTT avec des descentes, ou des dénivelés avec des ornières et pierres partout, le VTT est recommandé, en revanche, si c’est pour rouler sur du chemin plutôt roulant, le gravel est génial !

      Répondre
  • 24 avril 2018 à 20 h 30 min
    Permalink

    adepte du VTT pur jus, je voulais faire plus de route, et notamment de plus grandes distances (100km) sans être limité dans l’itinéraire et pouvant prendre (presque) tous les chemins : je me suis donc orienté vers un Gravel. Heureux propriétaire d’un Orbea Terra, j’ai pu remarquer que les vélocistes ne sont pas toujours correctement au courant du Gravel, en raison de sa récente apparition.
    – un vélociste m’a dit : le gravel est une mode, c’est juste un cyclo-cross et donc pas confortable
    – un autre vélociste m’a dit : le cintre évasé, ce n’est pas très courant et ça ne sert à rien
    – un dernier vélociste m’a dit : cintre évasé, jamais entendu parler….

    Le vélociste avait bien pris toutes mes mesures avant de commander le Gravel mais je remarque qu’il a mesuré comme pour un Route : j’ai du changer la potence et rajouter des entretoises pour rehausser le poste de pilotage, et le cintre est étroit (parfait pour aérodynamisme, mais casse-figure sur les cailloux)

    Bref : ceux que j’ai consulté sont des pros en VTT et en route, mais il vaut mieux connaître son propre style et ses propres attentes pour choisir au mieux son vélo !
    Et je confirme le message de cet article : le Gravel offre une liberté sportive assez étonnante !

    Répondre
  • 24 mai 2018 à 17 h 55 min
    Permalink

    Voilà un très bon article « éclairant ». Tout est dit sur ce type de vélo, à nous de puiser là ou là en fonction de nos attentes. Ce genre d’article devrait servir de modèle à bien d’autres sujets. Il ne me reste plus qu’à préparer les euros. Juste une question, est-ce que l’acier ( comme sur les Génésis) n’est pas plus recommandé, dans cette pratique , que les autres matériaux ( alu, carbone etc..) ?

    Répondre
    • 25 mai 2018 à 7 h 28 min
      Permalink

      Bonjour Rémi,

      Merci pour tes remarques. 🙂

      Un cadre acier sur un vélo Gravel est plus confortable qu’un cadre alu car en acier, le vélo travaille beaucoup plus latéralement ce qui le rend plus souple et fatigue moins d’un vélo alu beaucoup plus rigide.
      Les cadres carbone sont également doux car il y a des zones de flexions qui améliorent le confort.

      Et sur des chemins bien défoncés, avoir du confort c’est agréable, surtout quand on y passe 3 heures. 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.