fbpx

Quelle nutrition pendant et après l’effort ?

Ça peut paraitre évident mais pour faire avancer la machine, il faut mettre du carburant dedans. Plus on s’entraîne, plus notre organisme a besoin d’énergie pour affronter le stress qu’on lui impose.
La nutrition est donc vraiment un aspect essentiel dans la pratique d’un sport !
D’après mon expérience, je suis persuadé qu’une nutrition adaptée aide à progresser. Aujourd’hui, voici mon retour sur ce vaste sujet.

Cet été, depuis que j’ai augmenté mon kilométrage hebdomadaire en allongeant les sorties du dimanche et en rajoutant une sortie musclée avec les collègues en semaine, j’ai remarqué que j’étais plus fatigué. Voire que je subissais de vrais coups de barre pendant les séances.

Car en plus d’effectuer environ 36 km de vélotaf entre 2 et 3 fois par semaine, un soir après le travail, je roule avec des collègues (jusqu’à 80 km autour de Paris). Ça commence à faire une bonne et longue journée dans les jambes !
En effet, le repas du midi est loin. Et même si j’emportais un bidon d’eau pour m’hydrater, ça n’allait pas fort au retour.
Coup de moins bien qui casse le rythme (sachant qu’avec les collègues, on aime se tirer la bourre à 40 km/h dans le Val-de-Marne, ça roule bien !), l’impression de ne plus « être dedans », bref, c’est très déstabilisant et frustrant.

Je souhaitais profiter au max de ces virées, où chaque ligne droite est un prétexte pour activer ma petite sonnette et mettre la pression aux copains 😀 C’est fun, et on part ensuite en drafting !
Même le retour en plein Paris à 23 heures avec des rues libérées, les coursiers qui tentent de prendre nos roues sont des grands moments bien sympa.

En trail et course à pied, les compétitions m’avaient déjà forcé à revoir mon alimentation pour ne pas trop subir les parcours. J’ai décidé de faire de même en cyclisme.

Comme le vélo n’a pas les mêmes problématiques que la course à pied, voici mes découvertes !

Rappel sur mon mois de juillet

Je cours depuis déjà de nombreuses années. Pour varier, en 2016, je m’achète enfin un vélo de route pour découvrir le vélo sur route.
A l’époque, je ne pratique que le vélotaf (trajet maison – boulot) et quelques tours à Longchamp avec les collègues.
Finalement en 2018, je décide de franchir le pas de la compétition. Je m’inscris à des triathlons (du S au L ). Entraînement oblige, les kilomètres ont bien augmenté cet été !

Lire aussi : qui suis-je ?

Je ne suis qu’un amateur passionné, qui débute la compétition cette année sur des petites distances mais pour vous donner une idée, voici mon kilométrage enregistré par Strava  en juillet:

Mes sorties à vélo durant le mois de juillet avec StravaMes sorties à vélo durant le mois de juillet (avec Strava)

Avec 200 km par semaine, et des sorties de plus de 3h, j’ai eu le temps de temps des barres et boissons énergétiques en conditions réelles !

Découverte de barres énergétiques

A force de m’entendre crier famine, ma copine m’a offert une BOX spéciale RAVITO chez le Pedaleur dans laquelle j’ai pu découvrir des produits que je ne connaissais pas : barres énergétiques, un gâteau sport, des gels, des gommes, bref tout l’éventail de la nutrition à vélo ! (en course à pied, je suis plutôt boisson iso, compotes et gel).
Parfait pour tester pendant et après mes sorties ! Aucun problème de digestion, même sur les sorties les plus difficiles, c’est top !

Le Pédaleur existe depuis 2016 et propose une box dédiée aux cyclistes. Par abonnement, on reçoit une box tous les 2 mois qui contient des produits utiles à la pratique du vélo.
Le contenu n’est pas seulement alimentaire, les box contiennent souvent des produits d’entretien comme des lubrifiants ou des graisses, un bidon, de la nutrition ou des vêtements. Cela permet de découvrir de nouvelles marques, de tester et de s’équiper si cela plaît.

Pour vous faire une idée des produits contenus dans les box, il est possible de parcourir le contenu toutes les box précédentes du Pédaleur !

Voici la BOX spéciale RAVITO qu’on m’a offert :

La BOX du Pedaleur remplit de bonnes choses pour bien s'alimenterMes préférés sont les CLIF BAR et MULE BAR.

Et devant une telle quantité de choix, le Pedaleur fournit un guide très pratique :

Le guide de nutrition du PedaleurLe guide pour savoir quoi prendre et quand.

Les barres à prendre pendant l’effort

Qualités nutritives

J’ai particulièrement adoré les Mulebar et les CLIF BAR.
N’étant pas nutritionniste, je me base sur l’excellent comparatif de Nicolas Aubineau , qui classe 3ème les barres CLIF BAR aux pépites de chocolats 🙂
Voici ce que cette barre contient  :

  • protéines : 10 gr
  • glucides : 40 gr
  • dont sucres : 23 gr
  • sodium : 150 mg
  • magnésium : 55 mg

La barre CLIF BAR Peanut Butter (beurre de cacahuètes) est relativement proche dans ces quantités nutritionnelles.
L’avantage des CLIF BAR est de contenir des vitamines B / C / R / Sodium / Magnésium / Calcium ce qui les rend équilibrés et apportent les nutriments nécessaires au sportif pendant l’effort.

Les 150 mg de Sodium sont très élevés, c’est top car il s’agit d’un des minéraux les plus perdus par la sueur. Vu qu’il est admis qu’il faut 50 mg de Sodium par heure, cette barre remplit largement cet objectif et en fait donc une excellente barre à consommer pendant l’effort.

D’expérience, je conseille d’avoir avec soi plusieurs goûts différents car sur un Triathlon L (soit 90 km de vélo), se retrouver avec le même goût pendant des heures peut écœurer à la longue. Perso, je ne pouvais plus voir une cacahuète en peinture après le Ch’triman.

Pas du tout pâteuses, croustillantes et facile à consommer sur le vélo, j’ai adoré les CLIF BAR. Une fois la box finie, j’ai craqué en commandant 15 CLIF BAR de 3 goûts différents pour me nourrir sur mes prochaines sorties:

Ma commande chez Alltricks remplie de Clif BARLe jour où j’ai commandé 3 packs de 5 barres CLIF BAR chez Alltricks 🙂

A l’unité, le prix peut paraitre un peu élevé, donc je les commandant par paquet de 5 pour les avoir moins cher. Il existe aussi des boites de 12 une fois que vous avez trouvé LE goût qui vous convient.

Prise des barres

Lors des compétitions, plutôt que de scotcher mon alimentation au cadre, je trouve plus simple d’utiliser une sacoche de cadre. Mon modèle est celui de chez Aptonia qui accepte 2 CLIF BAR (les barres sont assez imposantes):

La place disponible dans la sacoche de cadre AptoniaLes barres énergétiques logent très bien dedans.

Avec ce type de sacoche juste devant soi, tout est à portée de main et on mange sans trop bouger.

Mon astuce : ouvrir les emballages des barres avant le départ pour faciliter leur prise en roulant et ne pas galérer à essayer de déchirer l’emballage tout en roulant

Généralement, à partir de 45 km, je mange 2 barres en 1h30,soit une barre toutes les 45min-1h.

Les barres à prendre après l’effort

Le lendemain des courses, ça ne coupe pas, j’ai faim. A 10h, à 16h, mon estomac crie famine ! Normal après toutes les calories dépensées à pédaler !

Même si la boulangerie est juste en face du boulot, qu’ils commencent à très bien me connaître à cause de tout mes passages chez eux et qu’une prépa triathlon me permet de manger ce que je veux sans prendre un gramme, j’ai vite cherché une alternative aux chocolatines et autres croissants au chocolat pour calmer mes fringales.

Après plusieurs essais (Nakd bar, Eat Natural, Nature Valley…), j’ai trouvé mon bonheur chez Foodspring. Ils proposent des barres protéinée excellentes avec 20 gr de protéines pour 1.8 gr de sucre seulement.

Maintenant, je commande chez Foodspring, par boite de 12 les Protein Bar au goût Cookie Dough (mon parfum préféré, je trouve les autres un peu trop sèches avec une texture de « carton« ):

Une boite de 12 Protein Bar cookie dough de FoodspringSuper encas pour le goûter !

Il existe une application qui permet de scanner le code-barre des produits et grâce à une base de données, elle va noter les produits scannés. Cette application c’est Yuka !
Puisque les barres Foodspring ont un code-barre, je peux les scanner 🙂

Et d’après Yuka, elles obtiennent une note de 90/100 ! C’est très bien :

Le résultat de Yuka pour les barres protéinés de Foodspring

Les différences entre les quantités sont dues au fait que la barre fait 60 gr or Yuka, pour pouvoir comparer tous les produits, utilise comme référence 100 gr partout.

Je consomme des barres foodspring depuis 2 mois maintenant et je n’ai pas faim après les avoir avalées, comme cela avait pu m’arriver avec d’autres barres. Elle me calent bien et je n’ai pas de coup de mou dans la journée après une grosse sortie vélo la veille.

Que boire ?

Les boissons isotoniques

Concernant les boissons énergétiques, j’ai repris celles que j’utilise en course à pied et que je connais depuis des années :

Les 2 sont très bien notés avec un 1er et 2ème place au classement sur le site de Nicolas Aubineau. J’alterne pour changer le goût et ne pas me lasser 😉 Je n’ai jamais souffert de crampes ni de problèmes digestifs avec ces boissons.

Utilisation des boissons en poudres

Je préfère utiliser des boissons en poudre à des sirops pour plusieurs raisons :
– ça ne colle pas
– je peux en emporter dans un petit sachet pour me préparer un bidon supplémentaire en cours de sortie

Simple d’utilisation, la boisson ISO+ d’Aptonia est bien conçue avec le couvercle qui se transforme en doseur. Il suffit :

  1. d’ouvrir le bouchon
  2. remplir le bouchon doseur jusqu’au trait
  3. verser la dose dans une gourde d’eau de 500 ml
  4. bien secouer

Boisson ISO+ AptoniaJe remplis le bouchon doseur jusqu’à la limite fixée.

Et si comme moi, vous consommez beaucoup d’ISO+ parce que vous buvez pas mal pendant vos sorties, je vous recommande la version plus économique en sac de 2 kg :

Le sac de 2 kg d'Aptonia goût citronVoila de quoi remplir 52 gourdes !

Prise des boissons

Lors d’une sortie, la marque recommande les prises suivantes :

  • en petites quantités toutes les 10 à 15 minutes
  • 500 ml par heure au total

En plein été, je respecte facilement ces recommandations ! J’utilise d’ailleurs des bidons de 750 ml car je trouve que 500 ml c’est trop vite vidé et je n’ai pas toujours des points d’eau à proximité (même en cherchant les cimetières 😉

Le porte-bidon Zefal et une gourde B'Twin de 750 mlMa gourde de 750 ml prête à l’emploi.

Mon avis sur la nutrition spécialisée

Au début de ma pratique du vélo, comme je ne faisais que des trajets courts pour le vélotaf sans mettre trop de rythme, je n’avais pas besoin d’une nutrition spécifique. Mais dès que j’ai commencé à m’entraîner plus régulièrement, avec plus d’intensité, j’ai vite senti que je manquais de jus. Pour rester efficace et ne pas subir les sorties, il a fallu que je m’adapte :
– une hydratation et une nutrition spécifique pendant l’effort
– une nutrition adaptée pour récupérer

Maintenant, à part les courbatures, cela va beaucoup mieux sur le vélo. Plus de fatigue, de fringales ou de début d’hypoglycémie depuis que je fais attention à ce que je bois et mange pendant les sorties.
Je ne pédale pas aussi vite que Sagan mais je ne suis plus épuisé quand je descends du vélo 😉

Et vous, que mangez-vous pendant l’effort ? Avez-vous des produits favoris ? ça m’intéresse de connaître vos expériences 🙂

2 pensées sur “Quelle nutrition pendant et après l’effort ?

  • 2 septembre 2018 à 8 h 09 min
    Permalink

    Bonjour,
    Avec tout ce choix de barres que l’on trouve dans le commerce, il est difficile de choisir. Je n’ai pas l’habitude consommer ce genre de produit. J’ai testé pour la première fois les barres Aptonia de chez décathlon cette été (car nous n’avions pas trop de ravitaillement sur notre route, et ne prend pas trop de place) et j’ai été assez surprise de les apprécier, j’avais peur que ça soit dégueu lol Par contre, je n’ai pas encore passé le cap des boissons.
    Aurore

    Répondre
    • 2 septembre 2018 à 9 h 13 min
      Permalink

      Bonjour Aurore,

      Oui, c’est vrai que ce n’est pas évident de s’y retrouver ! Moi aussi, j’ai testé les barres Aptonia cet été et elles ne sont pas mal, en plus d’être à un tarif abordable 🙂 Je préfère la texture et le goût des Clifbar et Mulebar mais c’est personnel.
      C’est déjà très bien si tu t’alimentes correctement pendant que tu roules, tu verras si l’eau te suffit ou si tu souhaites ajouter une boisson énergétique.
      Bonne route !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.