fbpx

Les vélos de route pour femmes – de réelles différences ou un argument marketing ?

Le cyclisme a le vent en poupe et logiquement, les pratiquantes féminines se multiplient.
Pour capter ce public, toutes les marques proposent maintenant des déclinaisons féminines de leurs modèles.
Seulement, ces vélo de route dit « pour femmes », présentent-ils de réelles différences par rapport à un vélo pour homme ou est-ce seulement un argument marketing ? En d’autres termes, si vous êtes une femme, avez-vous obligatoirement besoin d’un vélo de route féminin ?

Les femmes ne sont pas des hommes, ça, il suffit d’un coup d’œil pour s’en apercevoir.
Jusque-là, c’est assez simple et on perçoit bien les différence d’équipement pour les cuissards ou les maillots, par exemple.
Mais comment ce constat se répercute-t-il dans l’élaboration d’un vélo ? Quelles sont réellement les différences entre les deux sexes ?

Si comme moi, votre compagne veut se mettre à rouler et que vous lui cherchez une monture ou que vous essayez de comprendre quelles sont les différences entre les modèles de votre marque préférée, voici un article pour vous éclairer.
Car quand ma copine a voulu se mettre au vélo de route, on s’est rendu compte que lui trouver un vélo adapté n’était pas une mince affaire.

Une géométrie différente pour les femmes

Plusieurs concepts ont existé et se côtoient encore au sujet de la géométrie à adopter quand on construit un cadre à destination de ces dames. Voici un classement réalisé selon nos observations (ce n’est donc absolument pas exhaustif) 😉

Le même mais en plus petit et en rose

Cette vision des besoins féminins remonte au début de la production de vélos étiquetés « femmes ». Les fabricants partaient du principe que les femmes sont généralement plus petites que les hommes. Et qu’elle aiment uniquement le rose et les fleurs… Donc, grosso modo (on simplifie, bien sûr), on prenait le même vélo, en taille XS, on lui collait une peinture Barbie et hop, cela faisait l’affaire.
Il était aussi admis que les femmes, ces petits être délicats, avaient une pratique plus loisir que les hommes donc les composants et périphériques installés étaient souvent de l’entrée de gamme; les modèles peu nombreux.

Par contre, le prix, lui, n’était pas revu à la baisse.

Cette approche simpliste a eu comme conséquence durable que les consommatrices sont désormais méfiantes envers les vélos étiquetés « pour femmes », dont l’appellation peut être vues comme un argument marketing de plus (hello, la taxe rose !).

Lapierre Audacio 100W
Rose et petite taille de cadre pour ce Lapierre Audacio 100, on est bien sur la version femme

Et aujourd’hui encore, la couleur reste un marqueur pour différencier les gammes masculines et féminines.
Liv commence juste à l’intégrer (et pourtant, c’est une marque par des nanas pour des nanas), chez Décathlon, on va dire que c’est en cours d’acquisition (alors que pareil, ils ont toutes une team féminine…ha, la force des panels…).

Petit torse et longues jambes

Les marques se basent sur l’observation que les femmes ont généralement le « haut du corps et les bras plus courts qu’un homme et les jambes plus longues ». Les vélos féminins doivent donc avoir un tube supérieur plus court et une position plus relevée.
Ce type de position, très confortable, est parfaite pour débuter et faire de longue distance mais si on souhaite adopter une position plus aéro pour la compétition, cela devient plus compliqué car le vélo n’est pas prévu pour cela.

C’est toujours la philosophie de certaines marques, notamment sur l’entrée de gamme.

Un cadre unisexe mais avec des périphériques adaptés

A mon avis, c’est la tendance actuelle du marché. Les marques ont constaté que les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas suffisantes pour nécessiter des cadres différents, car ce sont seulement les plus petites et les plus grandes tailles qui ont des besoins spécifiques (et puis bon, ça fait des économies de R&D et de production…).

En revanche, des périphériques-clés (selles, potence, cintre, manivelles) sont changés pour proposer un vélo qui répond aux besoin des femmes. Les fabricants proposent donc le même cadre avec une gamme de taille plus large (en ajoutant du S, XS et XXS, car les femmes sont souvent un peu plus petites) avec des périphériques spécifiques pour différencier les modèles.

Décathlon ou encore Canyon suivent cette démarche et favorisent les cadres unisexes avec des ajustements sur les périphériques les plus importants.

Canyon

Ci-dessous, le cas concret avec le Canyon Aeroad, que nous croisons souvent en triathlon.
Les différences résident :

  • un choix de cadres plus petits chez les femmes (du 2XS au M)
  • une cassette plus polyvalente chez les femmes (du 11-32 au lieu du 11-28 des hommes)
  • une selle adaptée à la morphologie féminine

Mais pour le reste, les tailles des manivelles, cintre, nombre de dents du pédalier, sont les mêmes pour les 2 modèles et sont juste adaptés à la taille du cycliste.

Comparatif vélo route Canyon entre le modèle homme et femme

Décathlon

Décathlon va un peu plus loin dans l’adaptation, en proposant un cadre unisexe mais avec :

  • des tailles plus petites pour les femmes
  • une cassette en 11×32 au lieu du 11×28 des hommes
  • un cintre plus étroit (à partir de 380 mm, au lieu de 400 mm pour les hommes)
  • un pédalier en 50×34 au lieu du 52×36 des hommes
  • une selle adaptée à la morphologie féminine

Il existe actuellement 5 modèles Van Rysel dédiés aux femmes avec plusieurs coloris.

Tout pareil sauf  si la pratique le demande

D’autres marques choisissent de produire des vélos adaptés à la morphologie féminine si les contraintes de la pratique l’exigent : en route, Specialized a créée des modèle spécifiques (le Ruby, différent du Roubaix) pour l’endurance.
Mais sur les autres modèles, par exemple, les S-Works Venge ou Shiv, il n’y a qu’un seul modèle, en taille XS au L.

Gomez et Charles Shimano Shiv S-works
Lucy Charles et Javier Gomez Noya ont le même S-Works Shiv à disques de Spécialized lors des championnats du monde d’IronMan à Kona en 2018

Les hommes comme les femmes roulent exactement sur les mêmes vélos, avec les périphériques adaptés selon la taille, mais il n’y a pas de distinction de genre.

Le 100% féminin

Des vélos faits par des femmes pour des femmes. La plus connue des marques à suivre cette philosophie sur le marché est Liv, la petite sœur de Giant.
Ces fabricants estiment que les femmes ont des besoins suffisamment spécifiques pour avoir leur propre gamme, adaptée à leur morphologie, leurs goûts tout en étant aussi aussi performants que leurs homologues masculins (Pour en savoir plus sur la démarche de Liv, visitez leur page dédiée).

Paradoxalement, Liv reprend le concept « petit torse, longues jambes » et tend à proposer des cadres courts avec une position plus relevée, comme on peut le lire sur leur page data.
Les vélos sont dans la moyenne des prix (1400 € pour le Langma SL 1 en Alu et Shimano 105 de 8,5 kg). Cette marque bénéficie d’une excellente communication sur les réseaux sociaux et de l’aura de son grand frère Giant, nous croisons pas mal de cyclistes femmes avec ces vélos.

Ci-dessous, un exemple concret entre le Liv Langma Advanced2 disc et son homologue masculin le Defy Advanced 2 disc. Ces deux vélos valent 1999 € pour le Liv et 1899€ pour le Giant (déjà, le modèle femme est plus cher comme souvent; mauvais point, mais bref…).

Les points communs :

  • même groupe Shimano 105
  • mêmes roues Giant P-R2
  • mêmes pneus Giant Gavia
  • même fourche
  • même pédalier en 34×50

Les différences :

  • des cadres plus petits (jusqu’au XXS) chez les femmes
  • une selle adaptée
  • une cassette différente (11×30 au lieu du 11×34 chez les hommes, là, c’est mieux chez les mecs…)
  • une géométrie différente, même à taille égale
Comparaison des vélos de route homme femme Giant et Liv

Quel vélo pour ma compagne ?

A titre personnel, ma compagne est un petit modèle d’1m60 et 50 kg. Elle cherchait un vélo relativement bien équipé pour lui durer quelques années, pas trop lourd pour se faire plaisir durant les triathlons et surtout.pas.rose.
Ajouté à ça un budget correct (autour de 1000€ ), car elle débute et le vélo n’est pas sa plus grande passion (elle préfère la course à pied).
Autant vous dire que nous avons rencontré pas mal de difficultés pour lui trouver un modèle correspondant à ses attentes, même en occasion !

Finalement, nous avons réussi à mettre la main sur un des rares AF Ultra 900 en taille XS de chez B’twin et une fois la selle changée, il lui convient parfaitement. Le cintre compact, la potence courte, les plus petites manivelles et la taille du cadre lui permettent d’être à l’aise sur son vélo et de rouler sereinement.

Ultra AF 900 à Longchamp

Dans son cas, un modèle unisexe adapté a fait l’affaire. D’autres cyclistes que nous connaissons, ne jurent, elles, que par Liv et ne se sentent pas à l’aise sur des vélos unisexes. D’autres encore roulent sur des modèles masculins sans souci.

Bref, trouver le bon vélo est plus une affaire personnelle qu’automatiquement une affaire de genre. Surtout, ce qui convient à l’une n’ira pas forcément à l’autre !

Avec un vélo de route agréable, elle est bien plus motivée et son vélo a depuis participé à beaucoup de sorties virtuelles sur home-trainer avec Zwift !

AF Ultr 900 monté sur un home Trainer Tacx

Depuis cette année, la marque B’Twin laisse sa place à une nouvelle marque nommée Van Rysel et il existe maintenant un choix important de vélo de route dédié aux femmes !

Les périphériques qui changent

La selle

Pas de débat possible ici, les femmes et les hommes ont d’évidentes différences à ce niveau. Les selles prennent en compte ces différences et proposent des formes adaptées. Les appuis étant différents (le bassin féminin est plus large), les selles pour femmes sont plus larges et courtes que celles de leurs homologues masculins. Le canal central est également plus large, pour réduire la pression sur les parties sensibles.

Selle Italia Diva Gel Flow pour femme
Selle Italia Diva Gel Flow

Bien sûr, ce qui va fonctionner pour une personne n’est pas forcément adapté à une autre.
Le choix d’une selle est vraiment une affaire personnelle et il faut vraiment essayer une selle pour se faire un avis.
Il existe des dizaines de modèles différents (morphologie ou taille) !

Certaines vont préférer des selles unisexes ou masculines, d’autres des modèles féminins; certaines vont trouver plusieurs marques qui correspondent à leurs besoins tandis que d’autres ne supporteront qu’une seule marque précise.

Mais acquérir – ou tout du moins tester – une selle adaptée à la morphologie féminine peut être une solution pour résoudre des soucis de confort sur votre vélo.

Les manivelles de pédalier

A plus petit cycliste, plus petites manivelles. Les vélos unisexes tendent à ne pas descendre en dessous de 170 mm mais certains proposent des manivelles en 165 mm pour les cadres en XXS et XS.
Cela peut faciliter le pédalage mais c’est moins standard quand il s’agit de changer la pièce lors de l’entretien…

Le cintre

Partant du principe que les femmes sont généralement plus petites que les hommes et ont donc une largeur d’épaules plus étroites, la plupart des vélos pour femme proposent des cintres compacts à partir de 360 mm alors que les cintres classiques commencent à partir de 400 mm.
Pour l’avoir fait tester à ma copine, qui a essayé un vélo avec un cintre en 400 mm puis avec un cintre compact en 380 mm, un cintre plus réduit permet une meilleure prise en main du vélo et un meilleur accès aux leviers. Cela réduit également les contraintes sur les épaules.

Au terme de cet état des lieux du marché des vélos de route femme, on constate que les marques font effectivement de gros efforts pour capter et satisfaire ce nouveau public que sont les cyclistes féminines. Les gammes sont variées, les composants corrects et les vélos ne sont pas une simple déclinaison « en rose » des modèles masculins existants. Braquets adaptés; cadres, manivelles et cintres de plus petites tailles… Les constructeurs sont bien conscients de l’émergence d’une population de femmes sportives qui souhaitent de la qualité qui cherchent un vélo adapté à leur budget et leur pratique, que ce soit loisir ou davantage tourné vers la compétition.

La transmission

Pour ce qui est des cassettes et des pédaliers, les modèles féminins sont généralement plus polyvalents mais ici, je dirai que cela dépend entièrement de vous.
Selon votre niveau, l’endroit où vous roulez (plutôt plaine ou vallonné), vous serez peut-être amené à changer de configuration.

En conclusion… c’est compliqué

Savoir si vous avez automatiquement besoin d’un vélo « femme » parce que vous êtes une femme est plus compliqué qu’une simple question de genre. Cela va dépendre de votre taille, votre pratique, vos goûts… Les vélos pensés pour les femmes vont certainement convenir à certaines mais pas à toutes et peuvent même convenir à certaines hommes (et j’ai déjà croisé un « petit » triathlète sur un Liv Avow, il ne tarissait pas d’éloges sur sa monture).
Si vous avez la chance d’être dans la moyenne des tailles (typiquement, M, voir S ou L), vous pourrez certainement avoir accès aux gammes hommes comme femmes.
En fait, les choses vont se compliquer si vous êtes plus petite (1m60 et en dessous) car les vélos avec des petits cadres ne courent pas les rues et vous devrez sans doute vous tourner vers un modèle féminin pour trouver votre bonheur.

Mais en résumé, le vélo parfait pour une femme sera le vélo avec lequel elle aura plaisir à rouler 🙂
Peu importe qu’il soit initialement conçu pour les hommes ou les femmes, tant qu’il est aux bonnes dimensions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.