Ne plus avoir mal aux fesses à vélo : C’est possible !

Un cycliste qui n'est pas à l'aise sur son vélo à cause de la douleur

Comment ne plus avoir mal aux fesses à vélo ? Vous vous êtes certainement déjà posé cette question pendant ou après une sortie…

Que l’on soit cycliste du dimanche ou professionnel aguerri, on a tous un jour subi des douleurs du postérieur, allant jusqu’à nous faire regretter notre virée ! 

Et oui, pédaler quelques heures sur une selle peut donner le feu aux fesses ou un engourdissement certain… un symptôme que l’on passe sous silence ! 

En plus, l’appréhension vous gagne lors du prochain entraînement. On redoute inconsciemment de rencontrer les mêmes désagréments.
Pourtant, en optant pour de bonnes décisions, vous avez les moyens de ne plus avoir mal aux fesses à vélo. Voyons comment s’y prendre…

À quoi correspond le mal aux fesses sur un vélo ?

Parlons sérieusement pour commencer… Les douleurs des fessiers proviennent souvent d’une position assise prolongée sur la selle. Vous avez alors droit à :

  • des irritations ;
  • des échauffements ;
  • des rougeurs ;
  • des nodules, etc.

Qui se manifeste de cette façon ? Les ischions (les os du bassin en appui sur le siège), le périnée, les parties génitales, le coccyx, le sacrum. Le périmètre est étendu ! 
À la clé, des zones endolories avec une souffrance modérée, des boutons mal placés sur une fesse ou bien des bobos insupportables. 

Ce mal aux fesses doit être pris au sérieux. Il peut entraîner des blessures physiques extrêmement gênantes avec de fâcheux effets tels que :

  • des brûlures pelviennes ;
  • des problèmes urinaires ;
  • des difficultés de transit intestinal ;
  • des troubles sexuels.

Avant d’en arriver là, examinons les solutions pour éviter le mal de fesses à vélo.

Douleurs à l'arrivée sur le vélo
Hé oui, le vélo ça peut être douloureux ! 😉

Quels facteurs accentuent le mal aux fessiers en vélo ?

Généralement, les douleurs surviennent en raison de mauvais réglages, de matériels inadaptés ou d’un manque d’entraînement.

Le postérieur déteste la macération dans l’humidité… Lors d’une course sous la pluie, le tissu trempé de votre cuissard favorise les échauffements. 

Idem avec les sorties sous de fortes chaleurs : dans ce cas, on transpire et le sel irrite la peau. De plus, on s’arrose pour faire baisser la température, tout pour déplaire à notre siège. Les zones les plus exposées dans ce cas se situent à l’entrejambe et à l’aine.

Quant au coureur qui roule en appui sur le bec de selle, il gagne en puissance… Par contre, si les réglages n’ont pas été bien effectués, il adopte une mauvaise posture en écrasant la partie périnéale.  

Quelles solutions pour ne plus subir de douleurs aux fesses sur un vélo ?

Choisir une selle à vélo adaptée à sa pratique

Une forme de selle adaptée à la pratique

Comment choisir une selle vélo qui ne fait pas mal ? Pour pédaler facilement sans traumatisme, on peut opter pour un modèle arrondi, semi-arrondi ou plat. Plus le siège est courbé, plus il offre du confort.

A contrario, la selle plate est plus appropriée aux pratiques sportives sur de longues distances. C’est le genre de matériel que j’utilise pour les sorties de 4 heures, comme celle de 120 km dans le Vexin en octobre 2019.

Une selle SMP Well ajouré avec un bec d'aigle

Des selles ergonomiques au grand confort !

On trouve également des selles évidées ou ajourées. Certains produits cumulent les deux effets pour améliorer le confort du cycliste. 

Les modèles sans bec permettent de courir un triathlon ou un contre-la-montre sans douleur. 
Tout est question de ressenti, chaque cas diffère en utilisant une selle de vélo antidouleur pour préserver son popotin…

Le réglage de selle pour ne plus avoir mal aux fesses

Une assise adaptée, c’est bien, mais si elle est mal réglée, le problème persiste. Pour soulager les douleurs fessières en cyclisme, privilégiez des ajustements procurant une posture naturelle : hauteur, recul, inclinaison, rien ne doit être laissé au hasard.

Par exemple, surélever ou baisser le siège aide à éviter le balancement du bassin et, donc, une irritation de l’entrejambe.

Vous souffrez toujours malgré ces corrections ? Une visite dans un magasin de cycle ou chez un spécialiste s’impose. Une étude posturale résout bien souvent le problème.

Lire aussi : mes 9 conseils pour choisir sa selle

Régler la hauteur des guidons

Lorsqu’on part se balader, la position sur le vélo impacte l’écrasement de l’arrière-train. 

Pédaler en vélo urbain, en VTT ou en triathlon entraîne une station plus ou moins allongée : assise à 90° pour le premier cas, semi-couchée pour une pratique sportive et couchée pour un CLM ou un triathlon. 

Comment parvient-on à jouer sur ce paramètre sans toucher au réglage de selle ? Avec les guidons bien sûr ! Vous pouvez monter ou baisser la potence pour atteindre la position « zéro mal aux fesses »… Vous soulagez ainsi périnée ou tissus mous des fessiers, selon les postures.

Opter pour un cuissard de qualité

Le cuissard, le vêtement basique anti-mal aux fesses en vélo

Pour faire du vélo sans avoir mal aux fesses, choisissez un cuissard de qualité faisant office de seconde peau. Préférez un équipement à votre taille en lycra, conçu au plus près de votre morphologie. 

De plus, évitez les exemplaires qui coupent trop petit ou trop grand : soit vous compressez vos parties sensibles, soit ça frotte… Les sensations n’en seront que désagréables ! 

Optez pour des modèles avec bretelles qui maintiennent le vêtement parfaitement en place. Vous zappez ainsi les échauffements inutiles. 

Un cuissard à vélo avec des bretelles

L’entretien du cuissard : tout doux !

En matière d’entretien, le cuissard se lave après chaque utilisation, de préférence à la main avec du savon de Marseille. Vous le laissez sécher au grand air, retourné à l’envers. 

D’ailleurs, le séchage au soleil est reconnu comme assainissant… Avec une exposition à l’air libre, vous éliminez les bactéries ainsi que les mauvaises odeurs.

Si le cuissard n’a pas séché pour votre prochaine sortie ? Évitez de le porter, humidité garantie, donc irritation du séant en vue ! 

Par contre, si vous partez pour des randonnées en cyclotourisme sur plusieurs jours, prévoyez d’autres lycras de rechange pour ne pas remettre un vêtement sale ou humide. Vos fesses vous en remercieront !

Pas de gêne au contact des fesses

Enfin, pour soulager la douleur fessière en vélo, sachez que le cuissard se porte sans sous-vêtement. Pas d’intermédiaire pour éviter la propagation de bactéries et les irritations. Slips, caleçons et culottes au placard…

De même, les coutures peuvent blesser les parties en contact. En choisissant votre cuissard, vérifiez que le vêtement est assemblé avec des piqûres plates, sans surépaisseur qui pourrait gêner les mouvements.

La peau de chamois : une protection fessier essentielle

Si vous voulez éviter le mal aux fesses en vélo, l’accessoire n°1 du cycliste averti, c’est la peau de chamois à l’intérieur du cuissard. Cet insert a reçu des traitements antibactériens (d’où le lavage à la main…) et laisse évacuer la transpiration. 

Une surépaisseur isole votre postérieur de la selle et amortit les chocs. Par nature, la peau de chamois dispose de très peu de coutures. 

Les premiers prix sont fabriqués avec des matériaux basiques, composés de blocs en mousse. Dans certains cas, l’insert comporte du gel, plus adapté aux sorties cyclos occasionnelles.

Dès que vous montez en gamme, la peau de chamois s’épaissit, permettant de rallonger sa durée de vie et d’offrir une meilleure protection. C’est le modèle idéal pour les courses longues.

Dans le haut de gamme, l’insert est composé d’une mousse à mémoire de forme. Bien-être absolu garanti ! Par exemple, la marque d’équipements G4 propose des cuissards élaborés avec un tissu aérodynamique ainsi qu’une peau de chamois réputée pour son confort.

Les cuissards pour cyclistes femmes : le respect de la morphologie féminine

Mesdames, privilégiez des vêtements taillés pour votre morphologie, ne vous habillez pas dans le rayon masculin ! Bien souvent, les cuissards pour femmes sont conçus sans bretelles. 

Les cyclistes féminines ont droit à un insert ergonomique différent de celui des hommes. Par exemple, les produits de la gamme Rapha ont été étudiés spécialement pour les sportives. Ils proposent même un fermoir central magnétique pour les pauses pipi… Astucieux !

Pour circuler en ville, la marque Vaude prévoit des jupes avec une peau de chamois intégrée. Vous gardez la classe sans avoir mal aux fesses sur le vélo !

Les shorts de VTT pour protéger ses fesses à vélo

Pour les rides en VTT, privilégier un short avec une mousse ou une peau de chamois procure une protection efficace contre le mal de fesses en vélo. En effet, la liberté de mouvement s’apprécie en tout-terrain. 

Généralement réalisés avec des tissus très légers, mais résistants, les shorts de vélo représentent un compromis parfait pour les sorties nature. Les secousses sont tout de même bien absorbées avec l’insert intégré, pour le plus grand bonheur des vététistes.

Lire aussi : toutes les tenues pour bien s’habiller de la tête aux pieds

Choisir une combinaison trifonction pour les épreuves multiples

Si vous avez les mêmes passions que moi, vous aimez courir des duathlons ou des triathlons de temps à autre. Dans ce cas, on enchaîne les épreuves de vélo et de course à pied, ainsi que la natation pour le triathlon. 

D’ailleurs, pour cette épreuve, on commence par cette discipline et on doit privilégier une tenue unique capable de sécher en un clin d’œil. 

Le port d’un trifonction se prête parfaitement à ce sport en raison de sa matière et de la qualité de la peau de chamois intérieure. Vous en trouvez dans la gamme Aptonia chez Décathlon. Votre peau est protégée du mal aux fesses en faisant du vélo.

Sélectionner des accessoires pour le vélotaf : chamois fin et couvre-selle

Pour partir au travail en vélo (vélotaf) ou si vous êtes coursier, c’est dommage de rouler en ayant les fessiers en feu ! Votre journée risque d’être longue… Vous cherchez à éviter cette situation ? Vous pouvez choisir des pantalons cyclistes avec des protections en peau de chamois relativement fines. 

Vous préférez pédaler avec des vêtements de ville ? Les fabricants ont développé des couvre-selles amovibles bien pratiques, pour ne pas avoir à vous changer après votre déplacement à bicyclette. La marque Selle Royal propose, par exemple, des couvre-selles avec du gel intégré.

Utiliser des solutions anti-frottements

Pour soulager le mal de fesses à vélo, on peut également utiliser plusieurs sortes de crèmes servant à protéger les parties exposées :

  • de la vaseline sur les zones sensibles en prévention des frottements ;
  • de la crème de type Assos, dite “crème de chamois”, aux vertus anti-frottements et antibactériennes, particulièrement efficace pour préserver les qualités de l’insert ;
  • du baume de protection tel que proposé par Overstim contre les échauffements ;
  • du talc sur les irritations pour calmer les douleurs et éviter la propagation des bactéries ;
  • de la pommade Mitosyl utilisée pour lutter contre les rougeurs des bébés (le fameux érythème fessier de nos progénitures), appréciable aussi par les adultes cyclistes !
  • des bandes de protection lavables, de la marque Reskin par exemple, qui protègent et isolent les nodules douloureux et les blessures précédentes.

Par contre, on teste toujours le produit sur une petite partie de peau avant de se badigeonner la zone à traiter. Personne n’est à l’abri d’une allergie.

Passer à l’épilation au laser…

Si vous souffrez d’inflammations de nodules liées aux poils qui poussent à l’envers et qui s’échauffent… Vous connaissez forcément la douleur lancinante ressentie en vélo… C’est très désagréable ! 

Lorsque le problème se reproduit souvent, vous pouvez envisager une épilation au laser chez un dermatologue. Vous éliminez ainsi définitivement la source de vos maux pour le soulagement de votre siège.

Un cycliste avec des jambes sans aucun poil
Plus de poils ! 😉

S’entraîner régulièrement sur de longues distances pour ne plus avoir mal aux fesses sur le vélo

Quelle technique adopter pour éviter les douleurs en sortie cyclo ? Pas de secret, l’entraînement régulier a prouvé son efficacité. En programmant des sessions de 50, 100 km, ou plus selon son niveau, la peau de son derrière s’adapte aux mouvements du corps. 

Avec l’habitude, pédaler devient naturel et, si les réglages sont bien réalisés, on ne sent plus aucune pression au niveau des fessiers. Rouler se transforme en plaisir et non plus en supplice, on ne s’arrête plus…

Vous le voyez, avoir mal aux fesses à vélo n’est plus une fatalité. En privilégiant des solutions radicales, vous ménagez votre postérieur pour partir en sorties longues sans stress. Du choix du cuissard aux ajustements de selles, en passant par les crèmes salvatrices et une pratique régulière, vous n’aurez plus jamais mal aux fesses à vélo !

Avez-vous connu ce problème ? Comment l’avez-vous résolu ? J’attends vos commentaires avec impatience !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.