fbpx

La position parfaite avec l’étude posturale pour vélo

Mon historique

Je roule sur route depuis bientôt 2 ans, mon Ultra AF 700  s’approche des 5000 km et j’effectue en moyenne 200 km par semaine. Ce n’est pas énorme comparé à des cyclos purs et durs mais ça commence à devenir sérieux.
Bien sûr, les premiers mois, j’ai eu des petites douleurs (genoux, poignets, paumes de main) et j’ai ajusté la configuration du vélo au feeling. Généralement, tout le monde a un avis, donc j’ai eu des tonnes de conseils mais ils se contredisent parfois (la selle en avant, en arrière; plus ou moins inclinée…) et je ne sais pas trop quoi faire, surtout que tester chaque modification est difficile à évaluer et long.

Par exemple, j’ai eu une douleur au genou droit se manifestait après une vingtaines de km. Au pif, j’ai monté le tube de selle de 5 mm car j’avais l’impression que ma jambe n’était pas assez dépliée.
J’ai roulé à nouveau et tout allait bien ! Tout content, je m’était dit que régler son vélo était facile, finalement 😀
15 jours plus tard, la douleur revenait à nouveau…

Finalement, lors d’une sortie, je rencontre un coach à qui je fais part de mes questions pour savoir comment bien régler son vélo.
Il me fait monter sur le vélo, me regarde rouler et m’annonce que je dois baisser la hauteur de selle d’au moins 1.5 cm !
Cela me surprend, je ne suis pas tellement convaincu mais je teste…
Boum, c’est la révélation ! Depuis je n’ai plus de douleur, j’étais trop heureux !

Après, piqué par le virus du cyclisme, j’ai investi dans un équipement que tous les cyclistes possèdent :  les pédales automatiques.
Ok, je pédale plus efficacement, j’ai les pieds plus stables mais…encore de nouveaux réglages à tester !
Dois-je placer la cale sous le métatarse ? Ou plus en arrière ? Et le talon, est-il bien dans l’axe ? Avec ma compagne qui m’indique si tout est bien aligné, je tâtonne jusqu’à trouver une position qui me convienne.

Globalement, depuis que je suis allé choisir mon vélo de route chez Décathlon, mon vélo est strictement d’origine. J’ai juste changé les pédales, les pneus et ajusté la hauteur de la selle. Comme je n’ai pas de gêne sur mon vélo, je n’ai pas osé toucher à d’autres choses dessus. ça me suffisait pour du vélotaf.

Seulement cette année, je me suis mis à la compétition avec le triathlon.
Qui dit compétition dit entrainement. Mon volume kilométriques a doublé et au vélotaf, j’ajoute des sorties plus rythmées à Longchamp ou avec des collègues. L’objectif devient de performer en course pour dépasser les 30 km/h sur la partie vélo. Pour l’instant, je n’ai fait que des courtes distances (S, M et un L – 1900m swim / 90 km bike / 21 km run) mais j’ai un gros objectif en vue pour 2019.
Pour l’atteindre, j’aurais besoin d’un vélo vraiment adapté à ma morphologie. Je vais en avoir pour au moins 5h30 sur le vélo, je veux être sûre de ne pas en sortir tout tordu !

J’en discute autour de moi et un nouveau concept rentre dans mon vocabulaire : l’étude posturale !

Qu’est-ce qu’une étude posturale ?

Une étude posturale a pour objectif de vous aider à régler votre vélo afin de trouver LA position parfaite. 
A l’issue de l’étude, votre vélo sera parfaitement adapté à votre morphologie et à votre pratique. Suite aux réglages réalisés, vous pourrez pédaler sans douleur, être plus performant grâce à la position optimisée.

Que vous soyez une femme ou un homme; grand ou petit; mince ou plus costaud, pas d’inquiétude, une étude posturale est universelle, s’adapte à toutes les marques de vélos (même B’twin, hé hé) et fonctionne quelque soit la discipline : vélo de route, VTT, piste, endurance…

En effet, le principe de l’étude posturale est d’être dynamique et de récolter toutes les mesures précises de nos membres pour ensuite les appliquer sur notre vélo.

En sortant de la séance, vous aurez quasiment un vélo sur-mesure. Exactement ce que je cherche !

Direction Alltricks au vélodrome dans le 78

J’ai choisi d’effectuer mon étude posturale chez Alltricks car c’est une marque que je connais bien depuis des années. J’ai déjà commandé des chaussures de running, une grande partie de mon matériel vélo et de mes outils pour l’entretenir. Depuis peu, je prends aussi chez eux ma nutrition lors des Triathlons.
Autre gros avantage, ils ne sont pas loin de chez moi !

Leur salle d’étude est située dans le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines (78). Vous pouvez presque tester votre vélo sur piste après l’étude ! 😉

C’est un superbe endroit au passage, je vous recommande le baptême sur piste si vous n’avez jamais fait. Très impressionnant !

Mon arrivée au vélodrome national de Saint-Quentin-en-YvelinesLe bureau est à gauche, derrière les portes bleues Alltricks.

Plusieurs magasins proposent des études posturales en Ile-de-France, ce sont les dizaines d’avis élogieux de la page de réservation qui ont achevé de me convaincre.
J’ai payé ma séance en ligne et pris rendez-vous fin août avec Laurent pour finalement caler une date début septembre.

Ça tombe bien, il me reste deux triathlons en septembre pour tester les nouveaux réglages. A moi les nouvelles performances de la rentrée ! 😉

Le déroulement de l’étude postural en 6 étapes

Le rendez-vous commence à 9h30, l’étude doit durer environ 2h30.
Laurent m’a demandé d’emmener mon matériel habituel pour effectuer les réglages en conditions réelles.
voici ce que j’emporte :

Le jour J, Laurent m’accueille et me met rapidement à l’aise.
Il me présente le matériel, le déroulé de la séance et m’explique que je vais faire autour des 15 km sur sa machine. Bref, je vais transpirer !
C’est exactement ce que j’attends, c’est à dire un travail sur la position de manière dynamique, en pédalant, pour avoir un résultat au plus proche du réel.

1- Entretien avec un questionnaire

Laurent me pose de multiples questions sur ma condition physique, des détails sur ma pratique, ce que j’attends de l’étude (avoir une position plus confortable pour rouler longtemps ou gagner en efficacité pour les compétitions, par exemple). La partie bobos divers est également abordée, tout est détaillé au maximum pour qu’il se fasse une idée précise.

Je vous recommande d’arriver avec des notes pour ne rien oublier et répondre au mieux aux questions lors de ce rendez-vous.

2 – Évaluation physique

La séance démarre avec du gainage pour souffrir un peu permettre à Laurent de juger ma posture et l’alignement général du corps.

Exercice de la planche comme échauffementAllez, courage, c’est comme à la salle de sport !

La suite se déroule sur la table où Laurent analyse la souplesse de mes articulations avec pas mal d’exercices de manipulations différents.
Le portrait physique prend forme.
Je sais que je ne suis pas spécialement souple (je cours comme un playmobil selon ma compagne) et ce premier bilan confirme que je suis un peu raide.
Laurent conseille des étirements ou des visites chez un kiné pour préserver mes articulations.

Analyse des angles et de la souplesse du corpsMa (relative) souplesse est testée !

Au tour des jambes, qui sont analysées au laser et mesurées.
Ensuite, ce sont le tour des pieds qui sont étudiés.

Analyse des jambes au laserLes analyses sont réalisées au laser pour plus de précision.

Pas de nouveauté pour moi, Laurent remarque bien mon hyper pronation à gauche. J’ai déjà des semelles orthopédiques en running, il m’en faudrait certainement en cyclisme pour préserver mes pieds.

Il m’apprend que j’ai les jambes plus longues que le buste, donc je peux privilégier des vélo en taille S ou 52 cm, selon les marques, pour être plus compact dessus. Mon Alur est un M, il est donc en fait un poil trop long, mais rien de gênant.

3- Position d’origine

Mon vélo est mesuré dans tous les sens de manière à reproduire ses réglages à l’identique sur le vélo PrecisionFit.

(Pour en connaitre d’avantage sur le système PrecisionFit de Trek, je vous renvoie sur la page officielle qui détaille toutes les étapes).

Chaque côte est ainsi notée dans un tableau qui permettra de connaitre toutes les modifications effectuée et de comparer avant le fitting et après.

Prise de mesures sur mon vélo pour l'étude posturaleLes mesures précises de tout le vélo.

L’étude posturale d’Alltricks vous confirmera si la largeur de votre selle est la bonne ou s’il faut la changer. Laurent a plusieurs types de selle pour tester si besoin. Ma selle d’origine de B’Twin est adaptée à mes appuis, parfait, je la garde !

Sur le vélo PrecisionFit, sur lequel je vais m’installer, une seule côte est modifiée dès le début et ne sera donc pas d’origine : l’angle de la selle !

En effet, je suis arrivé avec un angle de selle à +0.9 degrés. Quasiment plate donc. Logique, car je l’ai fait avec un niveau à bulles.

Or, grosse nouveauté pour moi, le réglage optimal est de -2.0 degrés !
Cela permet d’être mieux calé vers l’avant du vélo, d’ouvrir le bassin et finalement, c’est logique car ma position est ramassée vers l’avant donc la selle est légèrement inclinée vers le bas.

Réglage de la selle avec un angle de -2.0°La précision est de mise pour arriver au -2.0 degrés.

Une fois cette étape réalisée, je m’installe. Les choses sérieuses vont commencer !

Des capteurs sont collés sur mes articulations et mon omoplate pour pouvoir être ensuite analysés par la caméra.
Pour cette première phase, je dois à une cadence souple, autour des 80 tours/minute.
J’ai quelques difficultés à apprécier le changement au niveau de ma selle. Je suis peut-être mieux assis et calé mais je ne sens pas tout de suite la différence.

Je pédale sur le Precision Fit avec les capteurs sur les articulationsDes pastilles de repérage sont disposées sur les endroits-clés.

4 – Réglage des chaussures et des cales automatiques

Les constatations s’enchaînent :
– ma hauteur de selle est correcte, un bon point.
– mes chaussures de VTT, adaptées au vélotaf et au VTT (forcément), ne vont pas du tout pour de la compétition sur route. C’est trop mou, elles s’écrasent sous l’effort.
– j’ai les pieds fins et mes chaussures ne sont pas à la bonne pointure. Pas étonnant que mon pied « flotte » dedans même avec tous les réglages possibles serrés au maximum. Laurent me recommande des Sidi, qui taillent petit et devraient me convenir. Une nouvelle commande de matériel à prévoir 😉
– mes cales sont mal réglées, je pédale en canard…

Second gros changement : le placement des cales.
On m’avait dit de les aligner pile sous le métatarse. En fait, elles doivent être alignées avec le métatarse mais 1 cm plus bas, vers le talon !
A chaque pression sur les pédales, les terminaisons nerveuses sous le pieds sont écrasées. Voilà pourquoi j’avais des fourmillements dans les orteils après mes sorties longues !
Laurent règle donc directement mes cales avec ces nouveaux paramètres.

Le réglage des pédales et des cales s’effectue avec un fil à plomb et des capteurs de niveau intégrés dans les manivelles, pour s’assure d’une horizontalité parfaite.

Réglages des chaussures et des cales automatiques avec un fil à plomb par Laurent de chez AlltricksAdmirez mon beau bronzage de cycliste / coureur !

Les cales automatiques sont ajustées pour que mes pieds soient le plus droit possible. Cela garantie que l’effort des jambes se transmettent au mieux dans les pédales, sans contraindre mes chevilles.

Le pied bien droit avec les cales des chaussures de vélo bien régléesOn voit bien le niveau à bulle sur la manivelle.

A chaque modification, je tourne les jambes à une cadence entre 80 et 85 RPM pour valider les nouveaux réglages en me concentrant sur les sensations.

Laurent est à mon écoute et m’interroge pour m’aider à définir ce que je ressens. L’échange est omniprésent pour donner un maximum de retour d’informations et ajuster en conséquence.

5 – Réglage haut et bas du corps

Laurent m’explique ce qu’il souhaite faire pour améliorer mon rendement, et ajuste le vélo pendant que je pédale :
– distance entre la selle et le cintre (le but et de déterminer si la longueur de mon cadre est adaptée ou s’il faut jouer sur la potence pour le raccourcir/allonger).
– le drop (qui est la différence entre la selle et la direction. Plus le drop est important, plus le cycliste sera incliné. C’est parfait en contre la montre mais douloureux sur les longues distances).

Mine de rien, je commence à avoir bien chaud !

Pour vérifier que la position me convient, un test de puissance est mis en place. Il s’agit d’un sprint avec un dénivelé ajouté par palier par la machine. Le départ s’effectue assis et l’effort dure entre 20 et 30 secondes, selon les capacités du cyclistes. Le but est de mouliner le plus possible pour sortir le max de watts.
Pas question d’imiter les pistards du kilomètre départ arrêté et leur 140 RPM mais j’essaie d’aller chercher les 130 RPM.
Laurent n’indique aucune valeur max à atteindre (il la garde pour lui) mais pour corser le challenge, il annonce que seuls 3% des personnes dépasse le seuil prévu.

J’ai réalisé deux sprints, pour voir jusqu’où je pouvais monter. C’était assez fun, Laurent m’a dit que j’avais une bonne explosivité (je vais pourrir les collègues, ha ha !).

Avec un peu de chance, vous finirez peut-être vous aussi dans son petit carnet 😉

Les mains en bas du cintre, j'accélèreA fond lors sprint final !

6 – Report des nouvelles mesures sur mon vélo

Pendant que je reprends mes esprits, Laurent modifie mon vélo selon les mesures relevées pendant l’étude posturale.

Je sais que l’inclinaison de la selle et les pédales ont été ajustées mais le plus gros changement a lieu au niveau de la direction : pour augmenter le drop, Laurent descend mon cintre plus bas en enlevant les entretoises de direction. C’est impressionnant !

Laurent descend la potence de mon véloD’origine la potence était tout en haut !

L’étude prend fin sur ces derniers réglages.
Nous discutons un peu, sur nos différents triathlons avant de partir.

J’ai hâte de tester ma machine dans cette nouvelle configuration !

Compte-rendu complet par email

Comme convenu, je reçois quelques heures plus tard le compte-rendu par email avec toutes les valeurs relevées avant et après le fitting.

Tous les angles et les côtes sont consignés, le détail est complet avec des captures vidéos qui illustrent :

  • angle de l’épaule
  • extension maximale
  • le BMR (Représentation de la Masse Corporelle)

Enfin, le dernier élément qui me permettra de régler n’importe quel prochain vélo, un tableau de mesures. Voici ce que cela donne pour moi avant et après cette étude posturale :

Le bilan de l'étude posturale avant / aprèsLes réglages du cintre sont fortement modifiés !

Mon avis sur l’étude posturale

Personnellement, je sors totalement ravi de cette expérience !

Étant un cycliste amateur ayant commencé le vélo de route depuis 2016, je recommanderai cette étude posturale chez Alltricks pour tout ceux qui souhaitent :

  • avoir un réglage définitif de leur machine et ne plus bidouiller au hasard, comme j’ai pu le faire
  • se débarrasser de leurs douleurs après une séance. Rouler doit être agréable !
  • gagner en efficacité en réglant leur monture au plus près de leur morphologie et de leur pratique

Pouvoir se reposer sur de la data, avoir le regard extérieur d’un professionnel permet de se rassurer et d’avoir des éléments précis pour adapter sa posture.
Le tableau de mesure me resservira très certainement lors d’un changement de vélo. Je n’aurais plus qu’à reporter les mesures réalisées pour être sûr d’être bien installé.

Je mettrai à jour cet article une fois que j’aurai suffisamment rouler avec mon vélo tout ajusté.
Mon terrain de jeu parisien préféré est l’anneau de Longchamps sur lequel je me chronomètre avec Strava, c’est parfait pour comparer s’il y a des améliorations 🙂

A votre tour : avez-vous déjà effectué une étude posturale ? Qu’en avez-vous pensé ? Avez-vous senti des bénéfices ?

3 pensées sur “La position parfaite avec l’étude posturale pour vélo

  • 11 septembre 2018 à 10 h 01 min
    Permalink

    Bonjour,
    C’est impressionnant tous ses réglages ! De plus en fonction de la pratique, j’imagine que la position est différente. Personnellement, la seule chose qui est à peu près réglé sur mon vélo est la hauteur de selle… Mais bon, ma pratique du vélo reste en loisirs.

    Répondre
  • 13 septembre 2018 à 17 h 41 min
    Permalink

    Bonjour,
    L’article est très bien redigé, cela ressemble à un article sponsorisé par alltricks tout ça 😉

    Répondre
    • 13 septembre 2018 à 19 h 54 min
      Permalink

      Bonjour Christophe,

      Merci d’avoir apprécié mon article mais comme précisé dans mon texte, j’ai bien payé l’étude posturale de ma poche.
      Si jamais je bénéficiais d’un sponsoring à l’avenir, je ne manquerai pas de le préciser 😉

      En toute transparence, tous mes textes sont rédigés par moi-même, puis relus par ma compagne. C’est d’ailleurs elle qui a pris les photos, a posé également sa journée pour me suivre dans cette étude et me permettre d’illustrer cet article !

      Si tu découvres mon blog, je t’invite à visiter mes autres articles où tu verras que j’essaie de détailler au maximum les sujets :
      – sur les roues de route : https://www.commeunvelo.com/roues-velo-route/
      – la présentation de mon vélo : https://www.commeunvelo.com/presentation-velo-btwin-ultra-af-700/
      – ou encore le gravel bike : https://www.commeunvelo.com/le-gravel-bike-votre-compagnon-qui-tient-la-route/

      Merci encore pour ton message car rédiger est très chronophage 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.