fbpx
Accueil Equipements Vélo sous la pluie : Partir au travail en restant bien au...

Vélo sous la pluie : Partir au travail en restant bien au sec !

Un cycliste en vélib se protège de la pluie avec son parapluie

Faire du vélo pour aller travailler permet de concilier sport, économie, écologie et déplacement autonome.
Pourtant, lorsque la pluie s’invite, le vélotaf peut vite devenir désagréable, pour peu que l’on n’ait pas anticipé ses équipements. Sans compter l’incompréhension des collègues qui vous voient arriver ruisselant et tremblotant… Vous passez rapidement pour un extra-terrestre !

Mais heureusement, des solutions de protection sont commercialisées sur le marché du cyclisme. Si vous aussi, vous êtes un vélotafeur, ne vous laissez pas décourager par quelques gouttes de pluie.
Adoptez les accessoires et les vêtements de circonstance et n’ayez plus peur d’affronter les averses pour partir au travail ! 

Voici 13 solutions pour partir en vélotaf sous la pluie.

Lire aussi : découvrez les tenues complètes suivant les saisons

1 – Couvrir son casque de vélo avec une protection contre la pluie

Plutôt que d’utiliser un sous-casque anti-transpirant, optez plutôt pour un couvre-casque en matière imperméable. Il s’ajuste à la taille du casque et permet de garder les cheveux au sec pour aller travailler en vélo malgré les intempéries.

L’ensemble est donc léger et se porte facilement pour les vélotafeurs. Les couvre-casques en polyamide s’achètent dans les boutiques classiques.
Sur le magasin en ligne Ekoï, vous pouvez commander des coques amovibles qui protègent le casque et la tête.

2 – Pédaler sous la pluie avec un poncho ou une cape

L’équipement imperméable classique contre la pluie en vélo reste la cape ou le poncho. Ce vêtement protège ainsi le haut du corps sans entraver les mouvements.

Toutes les boutiques de sport en proposent : Décathlon, Intersport, Go Sport, etc. Idem pour les marques spécialisées dans les équipements outdoor telles que celle du fabricant écologique Vaude, ou Spad de Ville, créée par un Grenoblois.

Parmi les ensembles de pluie, les modèles courants comportent :

  • une capuche avec ou sans visière,
  • des manches ou non,
  • des ailettes transparentes pour garder une bonne vision latérale,
  • une zone qui permet de voir le feu du deux-roues,
  • un élastique réglable aidant à maintenir l’ensemble de pluie contre la selle et le guidon
Une femme à vélo avec un poncho pour se protéger de la pluie

3 – Partir en vélotaf en se protégeant avec une veste

Une autre façon de contrer les intempéries en vélo domicile-travail reste la veste. Plus ergonomique qu’un poncho, la veste imperméable est plus ajustée près du corps.
Elle est conçue avec plusieurs fines couches afin de protéger le cycliste du vent et de la pluie. Son tissu est respirant afin d’évacuer la transpiration, plus d’odeurs gênantes au travail !
Bien souvent, les vestes techniques sont plus longues à l’arrière pour recouvrir entièrement le bas du dos.
En complément, des bandes réfléchissantes ou des couleurs vives sécurisent les déplacements vélos sous la pluie : les automobilistes remarquent plus facilement vos équipements.

Pour ce type de vêtement, vous trouverez couramment les marques Gore Wear ou Tucano Urbano chez les spécialistes du matériel de cyclisme. Les magasins classiques comme Décathlon commercialisent des vestes coupe-pluie ainsi que les boutiques en ligne comme Alltricks.

4 – Enfiler un pantalon de pluie en bicyclette

En allant travailler en vélo avec la pluie, n’oubliez pas de protéger le bas du corps ! Avec un pantalon étanche, vous gardez votre tenue de travail bien au sec.
Coupé plus largement qu’un pantalon classique, il s’enfile aisément sur les vêtements quotidiens. Les matériaux doivent être respirants tout en étant imperméables. Certains modèles comportent même des guêtres intégrées.

La gamme Rainlegs propose des jambières vélo : positionnées comme une ceinture autour de la taille, elles se déplient et s’attachent avec des velcros autour des cuisses. L’encombrement est minimal pour une efficacité maxi et une pose ultra simple.

5 – Porter une jupe de pluie pour pédaler sous la pluie

Et pour vous mesdames, la marque Georgia in Dublin a tout prévu ! Cette entreprise a inventé la jupe de pluie Rainwrap qui reste en place tout en protégeant les jambes efficacement. Elle ressemble à un tablier qui se ferme grâce à des sangles et des velcros.

Jupe imperméable pour femme à vélo

Plus d’incident lors de coup de vent, vos gambettes sont à l’abri !

6 – Recouvrir ses pieds avec des protèges chaussures ou des guêtres

Le corps au sec et les pieds mouillés, c’est désagréable ! Pour cette partie du corps, les marques rivalisent d’ingéniosité pour garder vos extrémités au chaud et pédaler tout de même sous la pluie en vélotaf.
Les protections les plus connues sont les couvre-chaussures ou les surchaussures. Les premiers modèles sont recouvrants et s’attachent par l’arrière grâce à des scratchs tandis que les seconds s’enfilent comme une chaussette, au-dessus de votre chaussure.

Parmi les équipements, vous trouvez également les guêtres : parfaitement imperméables, elles peuvent remonter jusqu’au genou. Leur système de fermeture empêche l’introduction de tout corps étranger par le haut de la chaussure, l’ensemble est ainsi hermétique.

Pour les femmes, place aux Leggits !

Des sur-chaussures pour se protéger de la pluie pour femme à vélo

Ces chaussures s’enfilent sur tous les types de chaussures et donnent un look sympathique en vélo sous la pluie. C’est grâce à un système de languettes et de velcros que ce couvre-pied se positionne très facilement.

7 – Bien voir en pédalant sur route mouillée

La pluie battante peut vite devenir cauchemardesque si on ne protège pas ses yeux. Pour répondre à ce problème, optez pour une visière sur le casque. Par exemple, la marque Kinglead propose des casques avec des visières aimantées pour les positionner à la demande.

Un casque Kinglead avec une visière pour se protéger de la pluie et du vent
Un casque Kinglead

Pour empêcher la formation de gouttelettes, des sprays utilisés dans le milieu de la moto permettent de déposer une pellicule sur le support.

Une autre possibilité s’offre à vous : les lunettes transparentes protègent vos yeux de l’eau, du vent et des insectes. Rendez-vous dans tous les rayons cyclisme des magasins de sport pour vous en procurer.
Par exemple les lunettes RockRider de chez Décathlon :

Des lunettes transparentes Rockrider

Ce sont les lunettes que j’utilise pour toutes mes sorties de cyclocross l’hiver pour ne pas être gêner par la pluie et le vent.

8 – Partir en vélotaf sous la pluie bien éclairé

Quand on roule à vélo sous la pluie pour se rendre au travail, un bon système d’éclairage est indispensable.

Bandes réfléchissantes et vêtements clairs sont utiles pour être vu par tout le monde.
Mais par-dessus tout, des lumières en parfait état doivent être positionnées à l’avant et à l’arrière de votre bicyclette.

Usez et abusez de tout mode d’éclairage : entre les essuie-glaces mal entretenus et la buée sur les pare-brises, vous devez redoubler de vigilance sur la route avec les automobilistes. On n’est jamais assez prudent.

Lire aussi : quelles lumières acheter suivant votre pratique du vélo

9 – Protéger les sacs et sacoches de vélo avec des housses imperméables contre la pluie

Lorsqu’on part en vélo pour aller travailler dans la journée, bien souvent, on doit transporter son ordinateur, des affaires de change ou la gamelle de la pause méridienne.
En cas de pluie, les sacoches sont extrêmement exposées. Vous trouverez des modèles étanches, comme ceux proposés en bikepacking par Ortlieb. Cette marque vend également des sacoches de type coursier pour gagner du volume de transport.

Des saccoches vélo arrières Ortlieb Back Roller
Saccoches Ortlieb (existe en différents modèles et couleurs)

En ce qui concerne les sacs à dos, les magasins de sport classiques et les e-commerces commercialisent des housses de pluie qui recouvrent entièrement le support. Certains modèles sont fluorescents pour accentuer la visibilité lors de la baisse de luminosité.

10 – Opter pour des accessoires étanches pour s’isoler de la pluie en vélo

En matière d’habillement, les gants imperméables respirants sont légion pour protéger ses mains.
Les manchons deviennent indispensables lorsque des alternances d’averses et d’éclaircies se produisent…
Vous voulez protéger la selle de vélo pour ne pas vous mouiller en repartant ? Les housses de selles ajustées par cordon permettent de vous asseoir sans humidité, confort en vue !

11 – Éviter les projections de pluie avec des garde-boues

Avez-vous déjà utilisé votre vélo de sport sous la pluie sans protection de roues ? Sans garde-boue, les salissures à l’arrière du dos du vélotafeur sont du plus bel effet au travail !
Vous l’avez compris, pensez à installer des garde-boues suffisamment longs pour protéger vos vêtements. Votre vélo sera également préservé de toutes les projections qui peuvent s’infiltrer dans les systèmes de freinage.

Des gardes boues sur un vélo de route
Oui on peut mettre des gardes boues même sur son vélo de route pour rouler en ville !

Vous aurez l’embarras du choix : pour les roues avant et arrière, toutes les boutiques en proposent. Les marques comme Zéfal ou Topeak sont par exemple réputées pour leur fiabilité.

12 – Pneus et freins : vérifier leur fiabilité pour votre sécurité en milieu humide

Pour éviter les accidents, assurez-vous que l’adhérence des pneus est suffisante. Pour cela, il est recommandé de rouler avec des pneumatiques moins gonflés, généralement en diminuant la pression de 1 bar.
Il vous faut être vigilant avec les surfaces glissantes comme les bandes blanches, les feuilles en automne, les rails de tramway ou tout simplement les flaques.

Lire aussi : mon guide complet sur les différents pneus de vélo

Ce n’est pas sous la pluie qu’on fait un chrono ! La distance de freinage est rallongée, l’adhérence des patins est diminuée, donc, la prudence est de mise en partant travailler à vélo sous la pluie.

13 – Pédaler en vélo à assistance électrique sous la pluie

Partir au travail en VAE sous la pluie est tout à fait possible, même avec un système de batterie électrique. Les fabricants ont prévu l’exposition à l’humidité grâce aux étuis étanches qui isolent le matériel.
Quant aux batteries, elles sont classées selon un indice de protection de type IPX4. C’est ce dernier chiffre qui définit la résistance aux projections aquatiques, un chiffre élevé garantissant une bonne résistance.
Je vous conseille toutefois de retirer la batterie lorsque votre vélo électrique est garé en extérieur.

Il est donc possible de pratiquer le vélotaf dans de bonnes conditions malgré des conditions météo pluvieuses. Vous n’avez donc plus d’excuses pour laisser votre bécane au garage à la moindre précipitation. 

Vous êtes un vélotafeur régulier ou vous envisagez de passer le cap ? Racontez-moi vos expériences en commentaire et partagez vos bons plans pour partir au travail en vélo sous la pluie !

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.