fbpx
Ludo sur son home trainer connecté avec son vélo route Giant Propel rouge

Les 17 problèmes à éviter sur son home trainer connecté !

Pédaler sur son home trainer connecté se transforme vite en une activité à risque si on ne prend pas garde à quelques règles élémentaires. En effet, sauter sur son HT tous les jours en fin de journée après le boulot ou tous les week-ends sollicite aussi bien le bonhomme – ou la cycliste, l’équipement ou l’environnement.

Si vous voulez continuer à pédaler sereinement sur votre smart trainer, lisez alors ces quelques mises en garde. Je vous ai recensé 17 problèmes courants relevés avec la pratique du vélo d’intérieur connecté.

Les inconvénients du home trainer à transmission directe pour le vélo

1 – La fragilité du cadre 

Un composant qui se déforme

C’est un vaste débat, surtout pour les cadres en carbone. Bien qu’on n’entende pas de cas qui signalent la rupture d’un cadre sur trainer connecté, certaines parties peuvent être sollicitées. Théoriquement, la fibre de carbone est travaillée de façon à se déformer, il n’y a pas de souci avec la matière.

Je vous invite à regarder ma vidéo lors d’un effort et on y voit bien le cadre bouger :

Des marques qui restent prudentes

Pourtant, certaines marques déconseillent l’utilisation de leur vélo sur home-trainer, se désengageant même au niveau garantie comme les vélos Origine. Pour Canyon, l’usage du home trainer est bien défini dans les modalités de garanties. La marque exclut cependant certaines versions d’Ultimate de la prise en charge en cas d’utilisation sur un appareil smart. Cette enseigne Canyon recommande même d’utiliser un vieux vélo sur son matériel connecté !

Pensez alors à vérifier les exclusions de votre marque avant d’installer votre vélo sur le HT à transmission directe. Vous éviterez peut-être des déconvenues avec le fabricant en cas de casse.

Personnellement, j’ai pédalé des dizaines (centaines) d’heures sur un cadre LaPierre, Giant et B’Twin sans aucun problème et sans trop me poser de questions je dois dire. 😉

Des home trainers qui intègrent une souplesse de mouvement

Notez tout de même que certains appareils comme le Tacx Neo 2 ont prévu un angle de liberté pour le cadre, pour qu’il puisse s’adapter au mouvement du cycliste, sans détériorer le matériel.

Lire aussi : S’entraîner sur home trainer en restant bien au chaud

Un vélo neuf à préserver

Si vous voulez garder votre matériel récent en bon état de marche, installez votre mulet de fond de garage sur l’appareil connecté. Au moins, vous n’aurez pas de scrupules à rouler sur ce cycle.

Certains athlètes, comme Nicolas de Running-Addict, utilise

Nicolas de Running-Addict sur son vélo Triban fixé au home trainer dans la neige
Test FTP dehors dans la neige : YouTube

2 – La position en danseuse

En cours de séance, quand les dénivelés se cambrent, on a envie de tout donner en danseuse. Vous verrez que la position n’est pas similaire à celle que vous adoptez en extérieur. Ici, le corps reste plus sur l’avant, et le poids du cycliste vient appuyer sur le boîtier de pédalier. 

Certains cyclos ont cassé leur boîtier de pédalier de cette façon… Donc, allez-y tranquillement sur l’ascension en danseuse avec votre vélo à la recherche de bruits suspects.
Avec l’arrière fixe, le cadre est soumis à divers types de contraintes que l’on ne rencontre pas sur la route car dehors la roue se penche d’un côté ou de l’autre.

3 – Le montage et démontage régulier

Quand on partage un HT à plusieurs, il faut parfois changer de bicyclette d’une personne à l’autre. C’est le cas quand un grand gaillard partage le matériel avec une brindille… Forcément, il faut changer le matos pour que chacun puisse pédaler avec sa monture. 

En reproduisant fréquemment ces manipulations, vos vélos ont plus de chance de subir des micro chocs ou des rayures. Soyez attentifs à la chaîne et à son frottement sur le cadre.  

Au niveau du triangle arrière, la fixation de l’axe traversant est sur sollicité, prenez toutes les précautions pour prolonger la vie de votre vélo. 

Je vous recommande de bien vérifier que votre vélo est bien à plat et que la fixation du triangle arrière est bien enfoncée, voici ce que je fais :

  • sans visser l’attache rapide, je pose le vélo
  • j’appuie fortement sur la selle pour bien enfoncer le triangle arrière dans l’attache rapide
  • je bouge légèrement de gauche à droite pour bien vérifier la fixation
  • je serre l’attache rapide assez fortement pour que ça tienne bien lors des efforts importants

Si votre vélo n’est pas parfaitement calé dans son logement, vous aurez l’impression de pencher, mais surtout les vitesses vont mal passées car la transmission ne sera pas bien alignée avec la cassette.

Le vélo accroché au home trainer connecté

4 – Les difficultés de compatibilité du vélo 

C’est une question qui revient régulièrement avec un home-trainer vélo connecté. On hésite souvent à installer un cycle pour des problèmes de compatibilité. En pédalant sous mode ERG, votre bike trainer vous permet de ressentir les dénivelés ou la résistance. Mais pour cela, il faut que vous puissiez monter un vélo compatible avec votre home-trainer à transmission directe.

Cassette

En règle générale, les home-trainers connectés fonctionnent avec une cassette à 10 ou 11 vitesses. Si vous voulez monter un ancien vélo à 7 vitesses par exemple, vous risquez de vous heurter à un problème d’indexation. 

Le plus simple, c’est d’acheter une cassette supplémentaire pour votre home trainer. Si votre vélo est monté avec une cassette Campagnolo, il vous faut alors rajouter un corps de roue libre Campagnolo pour assurer la compatibilité avec le smart trainer à transmission Sram ou Shimano.

Je vous invite à lire mon retour d’expérience sur l’utilisation de mon vélo à 10 vitesses avec un home trainer qui possède une cassette de 11.
Hé oui, cela fonctionne bien 😉

Axe de roue 

Les modèles de home-trainer connectés sont équipés d’un axe de roue standard. Il peut arriver que votre axe de cycle soit plus gros, comme sur un VTT. Dans ce cas, vous trouvez des kits de conversion qui s’adaptent sur un axe en 142 par exemple.

Les freins à disque

Les home trainers à entraînement direct sont compatibles avec les freins à disque. En cas de problème, vous pouvez acheter des kits de conversion pour garantir le bon fonctionnement de votre équipement. Les appareils sont livrés avec des axes d’adaptation pour frein à disque ou patins.

5 – Le blocage du vélo

Des marques comme Cannondale recommandent d’utiliser un module de serrage lourd pour maintenir votre cycle sur le HT. Le fabricant déconseille même l’utilisation du blocage rapide léger livré avec le vélo. Restez donc prudent avec le système de fixation pour qu’il n’y ait aucun jeu à cause d’un mauvais serrage.

Personnellement, j’utilise le système de blocage rapide léger fourni avec le home trainer.

6 – L’exposition à la transpiration

Pour ne pas abîmer votre vélo en faisant du home trainer, protégez votre matériel. Prenez toujours une serviette avec vous pour vous éponger, mais aussi pour préserver la peinture de votre cadre et les zones sensibles. 

L’acidité de la transpiration peut attaquer le cintre et la potence (surtout en alu, matériel soumis à corrosion à cause de la transpiration). Tout dépend de la fréquence de vos sessions, mais si vous utilisez votre cycle connecté à longueur d’année, ce phénomène de corrosion peut survenir. Il faut donc surveiller ce risque non visible car caché sous le ruban de cintre.

Sous mon home trainer, j’ai mis des dalles recyclées (chez Castorama ou Amazon) qui protègent le sol des vibrations, des chocs et de la transpiration.
Ces dalles font 60 cm * 60cm et j’en ai 5 :

Installation de mon home trainer pour pédaler avec les dalles au sol pour protéger
Le vélo de ma compagne installé sur le home trainer avec les 5 dalles qui protègent le sol

7 – Le mauvais entretien de votre matériel

Un vélo sur home-trainer, ça s’entretient. Pour cela, après chaque séance, on essuie les gouttes de transpiration sur le cadre, la chaîne et le boîtier de pédalier. 

Je vous recommande aussi de prendre soin de la transmission et surtout la chaîne qui est très sollicitée pendant un exercice. On nettoie donc son vélo toutes les 10 à 15 heures de pédalage. Dégraissage et lubrification assurent la longévité de votre matériel.

Si la transmission devient sèche, elle devient bien plus bruyante et les vitesses vont avoir du mal à passer.
On rajoute donc du lubrifiant sans trop en mettre sinon il va se retrouver au sol. 😉

Les risques pour le cycliste

8 – Le surentraînement

Ça y est, enfin, vous en rêviez tellement… Votre ordi est connecté, l’appli est lancée, le chrono prêt à démarrer : vos guiboles sont dans les starting-blocks. Vous n’avez pas roulé depuis des semaines, et vous espérez revenir à un niveau correct. 

Mais attention, même si les entraînements sont ludiques, fixez-vous des objectifs de résultats à atteindre. Intégrez des jours de récupération dans votre calendrier vélo.

Choisissez des programmes d’entraînements en accord avec votre niveau et respectez-les.

Vous commencez le vélo sur un home trainer connecté ? Partez sur des workouts comme le plan d’entraînement débutant Zwift sur 6 semaines, pour ensuite passer à la phase booster en 4 semaines. N’attaquez pas d’entrée un programme de fractionné à gros braquet comme Build me up, vous allez vous griller (et vous écœurer…). Limitez les risques de blessure.

9 – L’excès de compétition

Avec des applications cyclistes comme Zwift, Bkool, Rouvy ou les autres, on peut vite se prendre au jeu. Se tirer la bourre entre potes sur son vélo indoor, c’est sympa et vite addictif. Même sans connaître ses partenaires de course, les cyclistes à l’esprit de compétition peuvent être tentés d’enchaîner les perfs. 

Chaque logiciel tient un calendrier des courses sur son site, à l’instar des événements Bkool visibles sur le site.

Pourtant, ces courses virtuelles demandent beaucoup d’énergie. Fixez-vous une course par semaine maximum et le reste pour l’entraînement. On se grille beaucoup plus vite en compétition sur son home trainer, on a tendance à fournir des efforts plus gros, à envoyer beaucoup plus de watts qu’en sortie en extérieur.

Les 2 premiers épisodes de La Grande Virée ont été réalisés sur Bkool. 😉

10 – Les risques de blessure sur home trainer connecté

Et oui, ce n’est pas parce qu’on roule dans son garage qu’on ne peut pas se blesser en faisant du smart trainer. Le risque de blessures est bien réel.

Vérifiez votre position sur le vélo trainer

Tout d’abord, vous pouvez subir des blessures en raison de votre position sur le vélo connecté. Le bassin va être sursollicité, les adducteurs, les psoas ou même le genou vont forcer. D’ailleurs, votre selle doit être ni trop relevée, ni trop basse. Votre jambe est légèrement fléchie à 30° lorsque la pédale est en position basse. 

Vos genoux doivent être à la bonne distance du guidon pour que votre dos soit relâché.

Personnellement, je me sers du home trainer pour valider ma position quand je teste de nouveaux réglages sur le vélo !

Évitez les blessures du surentraînement 

Un surentraînement génère parfois des tendinites longues à guérir. Même le dos peut se retrouver en souffrance et réveiller la bonne vieille sciatique qui dormait depuis un moment. Nerfs pincés, tendons échauffés, muscles ultra sollicités, écoutez-vous. 

Par ailleurs, on ne commence pas la pratique du HT connecté sans avis médical si c’est une reprise de sport ou si vous avez plus de 45 ans. Ménagez votre cœur en surveillant votre fréquence cardiaque, pas de surrégime pour suivre le peloton si le niveau est trop haut pour vous.

11 – Les problèmes de déshydratation

Pédaler en intérieur impose une ventilation continue pendant votre séance de bike training. Quand vous sortez rouler en plein air, le vent rafraîchit votre corps et permet d’abaisser votre température corporelle. 

Quand vous roulez à l’intérieur, ouvrez grand les fenêtres et allumez votre ventilateur. Choisissez la pièce la plus fraîche de la maison.
Je préfère pédaler dans le garage ou au sous-sol par exemple.

Le risque, c’est la surchauffe de votre organisme et la déshydratation. La transpiration excessive réduit la quantité d’eau et de sels minéraux dans votre corps. Donc, pour éviter les aléas sur votre home trainer connecté, buvez régulièrement de l’eau avec un complément isotonique. À vos bidons !

Le Neo Bike avec ses 2 ventilateurs
Avec cette installation on reste au frais ! 😉

Les aléas informatiques

12 – Un équipement informatique inadapté

Pour pouvoir visionner les parcours avec un rendu en condition réelle, il vous faut un ordinateur portable disposant d’un bon microprocesseur de type Intel Core i5 ou i7. 

Au pire, vous pouvez utiliser un smartphone ou une tablette, mais le rendu ne sera pas le même en raison de la taille réduite de l’écran. 

Certains logiciels d’entraînements sont compatibles avec les TV connectées, comme Zwift avec Apple TV.

13 – Une mauvaise connexion

La vidéo qui saute ou qui s’arrête pendant la séance, franchement, c’est rageant ! La clé Ant+ vous sauvera la mise plutôt qu’une liaison Bluetooth capricieuse. Vu le faible coût, il n’y a pas photo…

14 – Une batterie avec peu d’autonomie

Ici, c’est la même chose, votre session entraînement se coupe soudainement, l’écran devient noir… Pensez à bien recharger votre batterie d’ordinateur portable avant de monter sur votre vélo ou de le brancher sur secteur. 

15 – Un home-trainer non calibré

Si vous voulez restituer la puissance de façon la plus fiable possible, pensez à calibrer votre HT à entraînement direct régulièrement. Pour y arriver, passez par les applications des constructeurs de home-trainers (Tacx Utility, Wahoo Utility, myETraining pour Elite, etc.). Cette manipulation vous permet de calculer vos paramètres au plus juste en fonction de votre cadence, la puissance et la vitesse.

Les nuisances d’un home-trainer sur votre environnement

16 – Les tâches au sol

Si vous pédalez en intérieur, pensez à protéger le sol avec un tapis qui isole le matériel du bruit et des vibrations, mais aussi qui préserve le revêtement de votre pièce. La transpiration, la boisson isotonique peuvent souiller le sol. Trop de lubrifiant sur la chaîne peut se projeter sur le mur ou les rideaux. Oups !

17 – L’encombrement au sol

Le home-trainer dans le salon… c’est possible, mais ça prend de la place. Entre le vélo, le smart et l’écran, comptez une longueur de quasiment de 2 mètres pour une largeur de 1 m. Dans les petits espaces, ça peut être chaud ! L’idéal, c’est au garage, dans une cave ventilée ou le must, sur une terrasse ou un balcon.

Pour aller plus loin, lisez le guide pour s’entraîner avec Zwift

Vous voilà prêt à vous entraîner dans les meilleures conditions possibles sur votre vélo connecté smart. Avez-vous d’autres remarques ou problèmes à partager avec les lecteurs ? Cette liste ne demande qu’à être complétée ! Vous avez la parole…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page