fbpx

Faire du vélo en hiver : ce qu’il faut savoir

Ça y est, l’hiver est bien là ! Le froid et ses températures négatives, le verglas, le vent glacial… toutes ces conditions vous rebutent pour sortir votre bicyclette. Pourtant, ce n’est pas si désagréable lorsqu’on sait comment faire pour affronter Mère Nature. Voici donc les techniques pour apprendre à bien se préparer pour une sortie vélo dans le froid. 

Comprendre le phénomène du refroidissement 

Lorsqu’il n’y a pas de vent, l’organisme réchauffe naturellement une fine couche d’air à la surface de l’épiderme. Cette couche est humidifiée grâce à l’eau du corps qui s’évapore. Ce phénomène permet de protéger la peau.
Mais lorsque le coureur roule, cela crée un vent froid sur la peau et donc la protection d’air ne peut plus assurer la régulation de température. La peau est alors sans cesse au contact d’un vent frais et d’un air sec. Elle lutte donc pour réchauffer l’air afin de maintenir une température corporelle normale. Malgré cela, le corps humain se refroidit.

À cause du refroidissement éolien, c’est-à-dire dû au vent, lorsqu’un cycliste roule par grand froid, il ressent des températures beaucoup plus froides que la réalité.
En fonction de la vitesse à laquelle vous roulez et de la température extérieure, les températures ressenties par le corps varient.

Tableau montrant l'impact du vent sur la température

Par exemple, s’il fait 0°C et que vous avez un vent de 35 km/h face à vous, vous allez ressentir une température de -7°C. Avec ces températures rencontrées, votre motivation à faire du vélo va être tester au maximum !
C’est donc un critère à prendre en considération avant de vous aventurer pédaler par temps froid hors de chez vous.

Les risques d’une sortie par grand froid

Les chutes

Avec une météo extrême, les risques d’accident en bicyclette sont plus élevés qu’en temps normal. En effet, un quart des accidents de vélo sont provoqués par la neige et le verglas. Il est donc important de connaître tous les dangers avant de se lancer afin de faire preuve de prudence. 

Tout d’abord, le risque de chute est important : verglas, gel, pluie blanche et neige sont vos ennemis. Faites donc attention quand vous freinez sur la neige, en ville par exemple, la distance de freinage est plus longue. Réduisez donc votre allure. 

Lorsque vous roulez sur des endroits verglacés ou enneigés, descendez du vélo et traversez ce passage en marchant. Dans les virages, par grand froid, essayez de ne pas freiner brutalement et de prendre la courbe avec douceur. Vous pourriez glisser et chuter s’il y a du gel.

Le vent latéral est également un ennemi du coureur cycliste, surtout les poids plume !

Lire aussi : Se protéger des accidents à vélo

Les problèmes cardiaques 

Par temps froid, le cœur est plus sollicité pour réguler la température corporelle et chaque effort demande beaucoup plus d’énergie. 

Si vous avez des problèmes cardiaques évitez-donc de partir rouler seul ou laissez votre bécane à l’intérieur lors de températures extrêmes. 

Les blessures des muscles

Afin d’éviter toute blessure sur votre vélo par temps froid, échauffez-vous auparavant. Le froid diminue l’irrigation des muscles et peut donc provoquer des déchirures.  Une exposition brutale augmente aussi le risque d’inflammation des tendons. 

Les infections respiratoires

À vélo, le choc de l’air frais dans les bronches peut provoquer une inflammation et donc augmenter le risque d’une infection. D’ailleurs, tout au long de votre circuit, privilégiez une respiration nasale qui préchauffe l’air à l’inspiration. 

L’asthme

Les muqueuses des asthmatiques peuvent s’assécher avec un air sec. Entraînez-vous à l’intérieur au préalable (sur home trainer). S’il fait vraiment trop froid et que vous êtes asthmatique, passez votre tour. 

Les gelures

Des gelures apparaissent sous l’effet du froid entre 0 et -10°C si vous ne protégez pas bien vos extrémités : mains, pieds, oreilles et nez doivent donc être bien couverts. Ce ne sont pas des blessures graves, mais elles sont plutôt douloureuses. C’est notamment le cas lors de longs treks en hiver.

Un groupe de cyclistes qui pédalent dans le froid avec une route enneigée
Des sorties enneigées au Canada par Jocedrw !

La préparation avant une sortie cyclo dans le froid

S’alimenter pour supporter les températures négatives

Avant de partir en sortie sur votre monture par temps hivernal, assurez-vous de manger correctement pour contrer les basses températures.

Lors des repas, privilégiez les féculents, notamment ceux avec un index glycémique faible. Consommez-les en plus grande quantité que d’habitude. Ainsi, ils se diffusent lentement et la récupération sera meilleure. 
Complétez-les avec des protéines qui aideront vos muscles à optimiser leur performance et à bien récupérer : produits laitiers, blanc de poulet, etc.
Faites le plein de vitamine C, ne lésinez pas sur les kiwis et les clémentines, qui aident à lutter contre les virus pendant l’hiver. 

Buvez des boissons chaudes avant de partir rouler dans le froid.

Regarder la météo 

Va-t-il pleuvoir ou neiger avant de sortir son vélo ? Est-il fort ? Combien de degrés indique le thermomètre? Devez-vous prévoir un vêtement plus protecteur pour affronter les intempéries en bicyclette ? 

En hiver, le temps est variable et peut rapidement tourner “à la cata”, selon la région où vous vous trouvez. 

Prenez le temps de bien étudier la météo avant de partir vous entraîner lors d’une sortie vélo. 

S’échauffer au chaud

Si la météo est glaciale, il est possible de s’échauffer une vingtaine de minutes à l’intérieur sur un home-trainer, si vous en possédez un. 
En s’entraînant dans un espace fermé, le corps n’est pas exposé directement au froid, en particulier la gorge, le nez ainsi que les bronches. 

Une fois l’échauffement effectué à l’intérieur, le corps s’est habitué à l’effort et vous aurez moins froid : vous pouvez aller pédaler sereinement. 

Comment s’habiller en fonction de la météo hivernale ?

En automne et en hiver, le temps devient généralement froid et humide. À cela peut s’ajouter un vent glacial. Bien se vêtir est donc l’étape clé pour braver ce climat hostile sans avoir trop chaud sur son vélo. 

Habiller la partie supérieure du corps 

Pour le haut du corps lorsqu’on part rouler en hiver, il faut respecter les règles des trois couches. En vélo cela donne :

  1. le sous maillot
  2. le maillot
  3. la veste

La couche inférieure

Cette première couche reste près du corps. Elle a pour fonction d’évacuer la transpiration et de garder le cycliste au sec tout en assurant la thermorégulation du corps. C’est un sous-vêtement technique à manche longue. 

Selon le modèle choisi et sa composition, le vêtement répond à différents besoins :

  • offrir une isolation thermique ;
  • évacue la transpiration (et évite la sensation de froid due à l’humidité)

Je vous conseille un modèle thermique assez long qui couvre bien le bas du dos. Optez pour un sous-vêtement en polypropylène ou en laine Mérinos, des matières anti-transpirantes qui conservent bien la chaleur. On trouve, par exemple, des sous-vêtements thermiques manches longues pour le vélo chez Décathlon ou Alltricks.

Choisir des vêtements thermiques de qualité est indispensable pour éviter d’avoir trop chaud et de transpirer excessivement par temps sec et froid sur son vélo. 

La première couche pour lutter contre le froid : le sous-maillot

La couche intermédiaire

Pour pédaler quand il fait frisquet, le maillot de vélo constitue la seconde couche. Son but est de préserver la chaleur. 

Comme pour la première couche, assurez-vous qu’il soit assez long pour protéger vos reins. Ce vêtement peut suffire si les conditions climatiques ne sont pas extrêmes (vent, pluie, températures très froides). 
Il est également ventilé pour évacuer la transpiration et permet de sécher.

Un maillot long pour vélo remplit parfaitement ce rôle avec son intérieur en polaire. 

Un maillot épais pour pédaler en hiver

La couche supérieure

Le rôle de la veste est de vous protéger des éléments météorologiques hostiles ou des températures très fraîches. Elle est également respirante et permet de rejeter l’humidité. Choisissez une veste en polyester de préférence, matière reconnue pour être très robuste et isolante en hiver.
Je vous recommande une veste hiver vélo chez Décathlon par exemple, qui m’a permis de pédaler à 0° ! 

Grâce à ses multicouches, vous êtes parés pour affronter le froid, l’humidité et les bourrasques en toute sérénité sur votre bécane.

Une veste hiver pour avoir chaud à vélo en plein froid

Protéger les jambes 

Le cuissard s’impose pour les cyclistes et les vététistes puisqu’il procure une grande aisance lors des mouvements et réduit les frottements. Il optimise également l’aérodynamisme.
Optez pour une version longue, avec ou sans bretelles selon vos préférences, afin de protéger votre bas du corps du froid et de la pluie. 

Pour braver le froid à bicyclette, sélectionnez des modèles avec des matières chaudes tels qu’un cuissard long qui vous assure une protection optimale entre -5°C jusqu’à 10°C.

Un cuissard long avec des bretelles pour avoir chaud à vélo

Pour les plus frileux, vous pouvez rajouter un collant de cycliste sous votre cuissard.

Plus large que le cuissard, le pantalon de cyclisme est également très efficace contre le froid. Celui-ci se prête parfaitement à un trajet en loisir ou pour du vélotaf quand il fait froid. 

D’autres critères sont également à prendre en compte tels que la taille, l’insert (ou peau de chamois) et l’élasticité. 

Lire aussi : partir au travail à vélo sous le pluie

Équiper ses extrémités contre le froid

Il ne faut surtout pas négliger les extrémités du corps, les parties du corps les plus sensibles au froid sur le vélo.

Les pieds

Les chaussettes

Si vous ne voulez pas perdre la sensibilité de vos doigts de pieds avec le froid en rando cycliste, je vous conseille de choisir de bonnes chaussettes.

Par temps de forte humidité, choisissez des chaussettes respirantes, waterproof et coupe-vent. Elles vous permettront de garder le pied bien au chaud et au sec. La marque EKOI propose par exemple de très bonnes chaussettes Thermolite, idéales pour les sorties par grand froid, jusqu’à -10°C selon les modèles.

Personnellement, j’en possède plusieurs paires et elles sont vraiment efficaces contre le froid !

Une paire de chaussettes haute pour avoir chaud
Les couvre-chaussures

Vous avez ensuite besoin de surchaussures (ou couvre-chaussures) pour protéger les pieds du froid à vélo :

  • Pour le vélo de route : on trouve différents modèles selon les besoins. Pour des sorties de route classiques, choisissez des modèles avec une doublure polaire, étanches et isolants du froid et de la boue, constitués de néoprène.

Pour des compétitions ou pour la performance, préférez les chaussettes aérodynamiques et imperméables en latex. On trouve à présent des couvre-chaussures chauffants signé Ekoï ! Oui, chauffants ! 😉 

  • Pour le VTT, les couvre-chaussures possèdent une couche plus épaisse sous la chaussure. Un modèle en néoprène qui garantit l’imperméabilité. Optez pour un intérieur en tissu polaire. Dans la gamme EKOI, les couvre-chaussures hiver sont parfaitement adaptées aux températures extrêmes.

Certains modèles s’adaptent aux deux disciplines, comme la surchaussure Décathlon 500

Les semelles chauffantes connectées

Ces semelles sont le gadget indispensable si vous souhaitez pédaler dans le froid. Connectées à votre téléphone grâce au Bluetooth, elles sont très confortables. Avec les semelles connectées Digitsole, vous pouvez régler la température entre 20 et 45°C. Elle n’est pas belle la vie ?!

Les mains

D’autres extrémités sont particulièrement sensibles à la fraîcheur : les mains. Que ce soit pour du cyclocross, pour votre entrainement ou pour une compétition de route, rouler par grand froid nécessite obligatoirement des gants épais. Cela permet de :

  • maintenir la chaleur lorsqu’il pleut ou que les températures descendent sous les 5°C ;
  • protéger vos mains des chocs, car c’est encore plus douloureux avec le froid ;
  • déplacer le cycle rempli de boue sans le laisser glisser.

Choisissez des matières coupe-vent et évitez la laine qui laisse passer le vent. Les gants Shimano Gore Tex vous protègent parfaitement. Vous pouvez vous offrir des gants de vélo chauffants, comme les gants EKOI, qui résistent à des températures jusqu’à -20°C.

Des gants chauffants jusqu'à -20° chez Ekoï

Les sous-gants en soie sont aussi une solution pour vous apporter encore plus de chaleur lors de sorties cyclistes dans le grand froid. Ils se disposent en dessous de vos gants, en première couche. Vous trouverez des sous-gants de vélo performants chez Odlo

La tête et le cou

Lorsque le thermomètre descend très bas, n’oubliez pas de protéger votre tête et votre cou pour éviter les déperditions de chaleur en vélo. 

La cagoule

La cagoule a l’avantage de protéger tout le visage. Certains modèles font également cache-cou. C’est un modèle parfait pour se déplacer à bicyclette en ville par grand froid. 

Le bandeau

Très léger, le bandeau vélo hiver se porte sous votre casque et protège votre tête et vos oreilles des mauvaises conditions météo en sortie vélo.

Le bonnet

Le bonnet réchauffe votre tête, votre front et vos oreilles grâce à des matériaux intérieurs chauds en polaire. Certaines marques proposent également des bonnets étanches, le top pour vos déplacements en petite reine. C’est notamment le cas du bonnet vélo étanche Verjari.

Le tour de cou

Pour protéger son cou de l’air glacial, le tour de cou est idéal. La marque Odlo propose des tours de cou couvrant également le bas du visage et on peut y respirer à travers. 

Les yeux

Pour protéger vos yeux de la pluie, du vent, de la neige ou des chemins de poussière en vélo de route ou VTT, optez pour des lunettes Décathlon transparentes. Pour l’hiver, les lunettes photochromiques permettent d’adapter la couleur du verre à l’intensité lumineuse. Par exemple, vous pouvez opter pour les lunettes françaises pour vélo Julbo.  

Jocelyn, un cycliste qui affronte le froid et la neige avec son vélo gravel
Jocedrw sur un chemin enneigé avec son vélo gravel !

Ce qu’il faut emporter avec soi pour rouler dans le froid

Prévoir un encas

Emporter une ou plusieurs petites collations avec soi est important pour bien rouler à vélo par temps froid. Misez sur les fruits secs (abricots secs, pruneaux…) qui reboostent l’énergie dans votre corps et sur les oléagineux (amandes, noix de cajou…).

Les barres énergétiques sont aussi un bon choix puisqu’elles donnent du carburant à votre corps.

Lire aussi : ma nutrition sportive

Boire chaud

Emporter un bidon isotherme lors de votre tour de vélo vous permet d’emmener une boisson chaude avec vous pour mieux résister au froid glacial. Vous pouvez par exemple le remplir de thé. 

La transpiration engendre la perte d’eau dans votre corps, n’oubliez donc pas de vous hydrater régulièrement même si vous n’en ressentez pas le besoin. Pour une sortie vélo de plus d’une heure, emportez une boisson isotonique. 

Comment équiper son vélo en hiver ?

Votre vélo n’a pas les mêmes besoins en fonction de la saison. En hiver, les problèmes techniques sont plus récurrents à cause du gel, de l’humidité et de la météo capricieuse. Voici quelques conseils pour l’entretenir et l’équiper d’accessoires adéquats :

L’éclairage du vélo

Sur votre cycle, installez un bon système d’éclairage avec des LED puissantes pour être visible par mauvais temps ou pendant la nuit.
Les roues avec dynamo intégrée sont un bon choix pour s’éclairer sans batterie. 

Les pneus

Remplacez vos pneus par des pneus d’hiver. Les pneus de neige vélo ont une adhérence au sol bien plus importante et évitent de déraper. Les pneus Continental sont une très bonne marque. 

Vous pouvez également augmenter la section des pneus pour obtenir une meilleure adhérence. Si les fourreaux le permettent, vous pouvez monter des pneus en 32 mm.

Vous pouvez également opter pour des pneus équipés de pointes. Leur gomme spécifique accroche particulièrement bien le sol enneigé.

Ce sont les pneus les plus performants pour des conditions extrêmes, mais sont un peu moins bons sur des routes non encombrées. Ils sont plus bruyants que les pneus d’hiver sans clous. Ils conviennent particulièrement aux circuits en VTT. Pour des pneus cloutés de qualité, choisissez des Schwalbe Spike pro. 

Lire aussi : Choisir la bonne paire de roues de vélo de route 

Des garde-boues amovibles

Pour éviter les projections d’eau et de terre, l’installation de garde-boues vous permettra de vous protéger sur le vélo en hiver. Il existe notamment des garde-boues amovibles que vous pouvez installer sur un gravel, un vélo de route, cyclo-cross, sous réserve que les pneus soient larges (minimum 32 mm).

Conseils bonus

Pour rouler à vélo en hiver et éviter d’abîmer votre compagnon de route préféré, vous pouvez éventuellement rouler avec un mulet : le deuxième vélo gardé au fond du garage et qui ne craint rien… Il pourra encaisser les saletés, supporter les conditions hivernales pour préserver votre beau matos.

Vous voilà paré pour affronter les rudes conditions hivernales à vélo ! Continuer à s’entraîner en hiver est donc tout à fait possible à condition d’être bien équipé et de connaître les risques ! Après une bonne douche réparatrice, buvez de préférence une boisson chaude et enfilez votre vêtement chaud préféré ! 😉

Et vous, avez-vous l’habitude de rouler dans des températures glaciales ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page